mardi 19 mai 2015

Séquestrée, Chevy Stevens

Résumé :

Annie O'Sullivan, 32 ans, est agent immobilier sur l'île de Vancouver. Par un beau dimanche ensoleillé d'août, alors qu'elle fait visiter une maison à un potentiel acquéreur, ce dernier lui plante le canon d'un revolver dans le dos et l'oblige à monter dans sa camionnette...Quand Annie se réveille, elle est prisonnière dans une cabane isolée en pleine forêt. C'est le début d'un enfer qui durera plus d'un an : douze mois où le Monstre - comme Annie le surnomme - fera d'elle sa chose. Torture psychologique, abus sexuels... : tout y passera, jusqu'à ce que la jeune femme parvienne enfin à s'échapper. Pourtant, le plus dur commence pour Annie, qui doit à présent surmonter son traumatisme, réapprendre à vivre normalement sans plus dormir enfermée dans un placard, seul lieu où elle se sent en sécurité, et, surtout, accepter l'effroyable vérité : elle connaît le commanditaire de son enlèvement...



Avis :

Kidnappée et séquestrée pendant un an, Annie O’Sullivan a finalement réussi à s’échapper, mais pas sans séquelles, forcément. Au fil de vingt-sept séances avec sa psychologue, la jeune femme revient sur son calvaire et fait part de ses difficultés à revenir à une vie normale…

Après avoir découvert Chevy Stevens avec Cette nuit-là, j’avais envie de découvrir son premier roman. Et je ne suis pas déçue, même si le livre est glaçant. Chaque chapitre est présenté comme une séance de la thérapie que suit Annie suite à son enlèvement. Le lecteur sait donc qu’elle en sort vivante, le suspense n’est donc pas là, ce qui laisse place à son imagination pour découvrir où l’auteur veut l’emmener (si vous n’avez pas lu la quatrième de couverture, ce qui était mon cas). Son récit de ses conditions de vie durant sa détention, des violences physiques et psychiques endurées est criant de vérité, le lecteur a l’impression de vivre la même chose que la jeune femme, la forme de narration utilisée renforçant l’intimité avec le personnage. Certains passages sont vraiment horribles et difficiles à lire tant on finit par avoir l’impression d’être Annie. De la même manière, quand elle explique son quotidien actuel, l’empathie joue à fond et on a du mal à savoir si elle va pouvoir surmonter tout cela, si cette thérapie l’amène finalement à aller mieux ou pas. En revanche la fin est un peu rocambolesque, trop grosse pour être crédible, même si, en y réfléchissant bien…  Quoi qu’il en soit, Chevy Stevens fait maintenant partie de mes auteurs chouchous, je vais poursuivre ma découverte de sa bibliographie.




4 commentaires:

  1. Ah j'ai adoré ce roman ♥ Il m'a vraiment chamboulée !
    Depuis, j'ai vraiment envie de découvrir les autres romans de Chevy Stevens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son dernier est top http://chani-delivresetdepice.blogspot.fr/2015/02/cette-nuit-la-chevy-stevens.html

      Supprimer