lundi 6 juin 2016

Dernier meurtre avant la fin du monde, Ben H. Winters

Résumé :

Concord, New Hamsphire. Hank Palace est ce qu'on appelle un flic obstiné. Confronté à une banale affaire de suicide, il refuse de s'en tenir à l'évidence et, certain qu'il a affaire à un meurtre, poursuit inlassablement son enquête. Hank sait pourtant qu'elle n'a pas grand intérêt puisque, dans six mois il sera mort. Comme tous les habitants de Concord. Et comme tout le monde aux États-Unis et sur Terre. Dans six mois en effet, notre planète aura cessé d'exister, percutée de plein fouet par 2011GV1, un astéroïde de six kilomètres de long qui la réduira en cendres. Aussi chacun, désormais, se prépare-t-il au pire à sa façon.
Dans cette ambiance pré-apocalyptique, où les marchés financiers se sont écroulés, où la plupart des employés ont abandonné leur travail, où des dizaines de personnes se livrent à tous les excès possibles alors que d'autres mettent fin à leurs jours, Hank, envers et contre tous, s'accroche. Il a un boulot à terminer. Et rien, même l'apocalypse, ne pourra l'empêcher de résoudre son affaire.


Avis :

La fin du monde est proche, un astéroïde va percuter la Terre dans six mois. Depuis cette annonce, une vague de suicides s’abat sur Concord, tant et si bien qu’on la surnomme maintenant la ville aux pendus. Dans ce contexte où les uns et les autres quittent leur poste pour rester avec leurs proches et profiter du peu de temps qu’ils ont devant eux, ceux qui restent ne sont pas forcément des plus consciencieux, ce dans tous les corps de métiers. Mais ce n’est pas le cas de Henry Palace, policier fraîchement promu inspecteur. Face à une affaire qui ressemble en tous points à un suicide, Henry va déceler le détail qui va le pousser à mettre cette hypothèse en doute et à mener l’enquête.

À la fois roman policier et étude de mœurs d’une société en bout de course, Dernier meurtre avant la fin du monde est un roman à l’ambiance très réussie qui rend cette fin du monde annoncée presque palpable. Le lecteur s’attache très rapidement à l’inspecteur Palace qui fait figure de phare dans la tempête, droit dans ses bottes, suivant une enquête dont tout le monde se contrefiche, au final. Son entêtement pourrait paraître vain vu le contexte, mais c’est justement cet acharnement à bien faire son travail en dépit de tous et de tout qui lui donne une dimension presque héroïque. Les personnages secondaires sont intéressants aussi, notamment la sœur d’Henry, un peu perchée. L’enquête est plaisante, rythmée, même si le coupable est assez facile à deviner, mais à côté de ça il convient de faire aussi attention à tous les évènements, les détails sur cette société déliquescente qui attend sa fin. Le background est ici aussi important que l’enquête policière, j’insiste sur ce point, et fait toute la saveur du roman. J’ai vraiment beaucoup aimé ce moment de lecture et j’ai déjà commandé la suite !



4 commentaires:

  1. Celui-ci me donne vraiment très envie en particulier l'aspect société qui j'espère est plus poussé que généralement dans les dystopie. Je note !!!

    RépondreSupprimer
  2. Il a l'air pas mal, je note son titre !

    RépondreSupprimer