mardi 29 janvier 2013

The Walking Dead T1 - L'ascension du Gouverneur, Robert Kirkman


Résumé :

Dans le monde de The Walking Dead, envahi par les morts-vivants où quelques-uns tentent de survivre, il n y a pas plus redoutable que le Gouverneur. Ce tyran sanguinaire qui dirige la ville retranchée de Woodbury a son propre sens de la justice, qu il organise des combats de prisonniers contre des zombies dans une arène pour divertir les habitants, ou qu’il tronçonne les extrémités de ceux qui le contrarient. Mais pourquoi est-il si méchant ? Dans L’Ascension du Gouverneur, le lecteur découvre pour la première fois comment et pourquoi Philip Blake est ce qu’il est, ce qui l’a conduit à devenir... le Gouverneur.


Avis :

Grande fan de la série TV et débutant dans la lecture des comics, je me suis lancée à corps perdu dans ce roman, en manque de zombies que j’étais alors (oui je suis peut-être un peu bizarre, et alors ?!). Comme son nom l’indique, ce premier roman se situant dans l’univers de The Walking Dead est centré sur le Gouverneur. J’allais enfin savoir d’où il vient et pourquoi il est aussi méchant (parssqueuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !). Sur ce plan je ne suis absolument pas déçue. Le lecteur est rapidement plongé dans le monde post-épidémie qui tient lieu de cadre à l’histoire. Il fait la connaissance de Philip Blake, sa fille Penny, son frère Brian et deux amis, en fuite, qui luttent pour leur survie dans ce monde en proie au chaos. Et au fil des pages nous assistons à sa métamorphose pour donner naissance au tyran que connaissent les aficionados de la série culte. Sur le plan de l’intrigue, rien à redire, il est agréable de connaître les dessous de l’histoire, d’autant que Robert Kirkman, le papa du comic est aux manettes. Rebondissements, retournements de situations, rien n’est épargné au lecteur, sans parler de la fin ! Sur la forme, c’est autre chose. Être scénariste de bandes-dessinées est un peu différent d’être romancier, et L’ascension du Gouverneur ne restera pas un chef d’œuvre de la littérature. La narration est plate et parfois laborieuse, par contre les dialogues sont bien menés et efficaces, on ne peut pas tout avoir. Mais ne crachons pas dans la soupe, s’il n’est pas indispensable, ce premier roman issu de la série culte se laisse lire agréablement et réjouira les fans, moi la première.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire