lundi 4 mars 2013

Le cycle des âmes déchues T3 - Coeur de Ténèbres, Stéphane Soutoul


Résumé :

Certains amours s'épanouissent dans la passion, d'autres dans la souffrance. Béatrice de Lacarme est l'héritière d'une prestigieuse lignée d'experts en paranormal. Sa nature est unique. Moitié humaine, moitié vampire, elle se voit écartelée entre les préceptes de la raison et ses instincts prédateurs. Chasseuse solitaire, âme torturée, la jeune femme est abstinente des plaisirs charnels. Mais la providence s'en mêle lorsqu'à l'occasion d'un voyage en Suisse, Béatrice apprend à mieux connaître Léandre Wasker. Malgré sa réticence, le châtelain au mystérieux passé ne manque pas de la déstabiliser et sème le trouble en elle. L'homme l'intrigue, l'agace, la séduit. Hélas, le destin peut parfois se montrer cruel. Alors que Béatrice effleure un bonheur inespéré, une implacable machination se met en marche contre elle et ceux qu'elle aime. Animée par les pires convoitises, une adepte de cultes démoniaques et ses complices vont tout faire pour s'approprier son corps immortel. La plus néfaste des conspirations aura-t-elle raison des sentiments ? Ou bien l'appel du cœur se révélera-t-il plus fort que la soif de sang ? Ténèbres et lumière s'affrontent dans ce troisième et dernier volet du cycle des âmes déchues.


Avis :

Dernier volet du Cycle des âmes déchues, Cœur de Ténèbres met en scène Béatrice de Lacarme, hybride tourmentée par sa nature, partagée entre la mission qui est sienne de par la destinée des Lacarme et ses instincts dus à sa nature vampirique. Alors qu’elle croit enfin toucher du doigt le bonheur, la « malédiction des Lacarme », comme je l’appelle, va de nouveau frapper, comme si cette famille était vouée à se consacrer corps et âme à sa mission sans jamais connaître le bien-être auquel aspire chaque être humain.

Stéphane Soutoul termine avec Cœur de Ténèbres la trilogie qui l’a fait connaître. Si l’esprit du cycle est toujours le même au fil des tomes, la plume de l’auteur a changé. Plus moderne, moins chargée et ampoulée, la narrration gagne en fluidité et montre que Stéphane Soutoul n’est pas cantonné à un unique style de récit et qu’il a plusieurs cordes à son arc. L’histoire, quant à elle, est envoûtante, l’auteur joue avec les sentiments et les nerfs du lecteur et semble prendre un malin plaisir à persécuter la famille Lacarme pour laquelle le lecteur ne peut s’empêcher d’éprouver de plus en plus de sympathie à cause des tourments que ses membres endurent. J’avoue que j’aurais bien aimé un autre destin pour Béatrice, mais ce n’est pas le choix retenu par l’auteur...

En revanche, la nouvelle épistolaire Démon commun qui termine l’ouvrage apporte une lueur d’espoir et d’optimisme. Elle semble vouloir montrer que la malédiction de la famille Lacarme a connu son point d’orgue avec Béatrice, mais aussi sa fin. Mais je me méfie quand même, qui sait si Stéphane Soutoul ne reviendra pas un jour dessus et réduira en miettes les espoirs du lecteur ?!

Cœur de Ténèbres clôt agréablement Le cycle des âmes déchues et le style employé par l’auteur donne un aperçu de ce qu’il peut proposer d’autre, preuve qu’il ne se laisse pas enfermer dans un seul registre. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire