mardi 19 mars 2013

The White Rabbit Chronicles T1 - Alice in Zombieland, Gena Showalter


Résumé :

"Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde... Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres … les Zombies. "


Avis :

Alors ça c’est tout moi, une jolie couverture et le mot « zombie » dessus, et j’appuie sur le bouton « commander » plus vite que mon ombre. À peine un rapide coup d’œil sur le résumé, mais sans regarder le nom de l’auteur, ce qui, dans le cas présent, aurait pu me mettre la puce à l’oreille.

Me voici donc à la rencontre d’Alice et de sa petite famille, et surtout de son père un poil timbré qui voit des monstres un peu partout et applique son mode de vie parano à ses proches. Jusqu’au jour où Alice fait sa capricieuse (ahlala les ados !), et où son père veut lui faire plaisir malgré les principes stricts qu’il a mis en place. Et là, bien évidemment ça va foirer. Ils ont un accident de voiture (juste avant Alice verra un lapin blanc, seule référence à l’univers de Lewis Carroll de tout le livre) dont elle sera la seule survivante.
À partir de là, sa vie va changer (non ?!). Elle va découvrir que son père n’était pas aussi cinglé qu’elle le pensait (elle regrettera ses paroles et pensées méchantes à son encontre, et le lecteur, dans sa grande bonté, lui donnera volontiers l’absolution) et découvrira que les monstres dont il parlait sont une réalité. Et là vous vous dites, de quoi elle se plaint, les voilà ses zombies ! Oui, alors il y a bien des espèces de zombies-fantômes à combattre, mais il y aura surtout Cole, le bad boy de l’histoire, valeureux et courageux au demeurant. Et Alice, je vous le donne dans le mille, elle va se rendre compte que, justement, elle aime les bad boys, et va le couver de son regard de poule morte d’amour (ahlala les hormones d’ados !).

Bon, vous l’aurez compris, je ne me suis pas vraiment éclatée en lisant ce livre qui est sympa et drôle au demeurant, mais qui n’était pas ce à quoi je m’attendais (et là, j’ai envie de me dire à moi-même d’être un peu moins impulsive dans mes achats, sombre crétine que je suis). Donc si vous cherchez une romance légère avec une dose de zombies, je vous le recommande franchement. Si vous cherchez avant tout un bon zombie-book, passez votre chemin, que mon expérience serve au moins à autrui !

EDIT d'avril 2016 : Trois ans après ma lecture en VO, j'ai relu Alice au pays des zombies en français. Si le côté YA très présent m'agace toujours autant, j'ai davantage apprécié ma lecture, notamment l'approche du zombie immatériel. La romance avec Cole m'a semblé moins cucul la praline et le personnage de Cole plus sympathique, même si il y a pas mal de clichés à avaler. Bref, cette relecture m'a fait reconsidérer ma position initiale, et j'ai décidé de donner une seconde chance à cette série. 





5 commentaires:

  1. En tant qu'acheteuse compulsive, je compatis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil. Remarque cette fois je pense que personne ne viendra m'accuser d'avoir eu envie d'acheter ce livre à cause de moi !

      Supprimer
    2. Je ne parierai pas là-dessus à ta place, il y a bien des gens qui par curiosité on voulu lire certains ouvrages après tes billets pourtant assassins. Je ne citerai pas de titres, je me contenterai de m'estomper.

      Supprimer
  2. je viens de le lire et curieusement ton avis m'avait donné envie XD j'adore les romances YA alors forcément ça aide... comme quoi un avis négatif n'est pas toujours rédhibitoire !

    RépondreSupprimer