vendredi 19 avril 2013

Entwined, Heather Dixon


Résumé :

Azalea is trapped. Just when she should feel that everything is before her… beautiful gowns, dashing suitors, balls filled with dancing… it's taken away. All of it.
The Keeper understands. He's trapped, too, held for centuries within the walls of the palace. And so he extends an invitation.
Every night, Azalea and her eleven sisters may step through the enchanted passage in their room to dance in his silver forest.
But there is a cost.
The Keeper likes to keep things.
Azalea may not realize how tangled she is in his web until it is too late.


Avis :

Réécriture du Bal des douze princesses des Frères Grimm, Entwined met en scène Azalea, l’aînée, et ses dix sœurs à quelques jours d’un bal qui va se terminer dramatiquement par la mort de leur mère en mettant au monde la douzième princesse. Accablé par la douleur, le roi délaisse ses filles et part en guerre, leur imposant un deuil d’une année. Mais les princesses sont jeunes et capricieuses et veulent danser. Elles vont désobéir et aller danser en secret dans la forêt, mais la désobéissance a un prix qu’elles vont bientôt découvrir.

Que c’est long ! Il ne se passe pas grand-chose pendant les deux tiers du roman, et j’ai bien cru mourir d’ennui pendant ma lecture. Les princesses sont des gamines capricieuses qui oublient rapidement leur mère et se remettent assez facilement du désintérêt de leur père. Azalea est censée être la plus responsable du lot, las il n’en est rien. Je ne sais pas ce qu’il en est du conte de Grimm, mais cette historie m’a laissée de marbre, et lorsqu’enfin le danger les menace, je me suis dit que ce n’était pas trop tôt, qu’elles méritaient bien leurs malheurs en fait. Le récit n’est pas dénué d’intérêt, mais trop de longueurs, et le caractère des princesses est trop éloigné de ce qu’on peut attendre d’elle que je n’ai pas pu m’intéresser réellement à leur histoire. Tant pis !




1 commentaire:

  1. Humm il me tentait pas mal mais du coup, je pense que je vais attendre un peu. :/
    Merci pour ta chronique !

    RépondreSupprimer