mardi 30 avril 2013

Le résurrectionniste, James Bradley


Résumé :

Londres, 1826. Le jeune Gabriel Swift entre en apprentissage chez le chirurgien Poll, chercheur visionnaire qui dissèque les cadavres afin de comprendre la véritable nature de l'être humain. Pour ce pionnier, le progrès scientifique est à ce prix : l'opprobre d'une société qui n'est pas encore prête à lever l'un de ses plus anciens tabous. Afin de se procurer les cadavres nécessaires, Poll est obligé de traiter avec des "résurrectionnistes", de dangereux criminels qui pillent les cimetières. A leur contact, Gabriel se laisse corrompre...


Avis :

Autant le dire tout de suite, je n’ai pas aimé ce livre. Je m’attendais un roman policier sombre aux accents de Jack l’Éventreur ou de Ripper Street, et finalement j’étais bien loin du compte…
Pas d’enquête dans ce livre, mais la description des débuts de la médecine légale, avec les déterreurs de cadavres, le trafic de corps et toutes ces choses peu ragoûtantes que l’on peut imaginer quand des corps morts sont sortis de terre. Et au milieu de ça, Gabriel, l’apprenti du « chirurgien » Poll (comme ce titre est pudique quand on sait ce qu’il fait en vérité), un jeune garçon curieux, influençable, qui à force de traîner dans des milieux peu recommandables finira part y sombrer corps et âme.
L’histoire est très lente, parsemée de macabres descriptions, je ne me suis absolument pas intéressée à ce pauvre Gabriel, ni à un quelconque autre personnage d’ailleurs. En fait, pour moi Le résurrectionniste ne vaut que par son ambiance gothique très sombre. Ce qui est un peu mince. Trop de glauque tue l’envie, et mon envie a été tuée après très peu de pages…

6 commentaires:

  1. Et moi qui avais envie de le lire...
    Bon, je m'y essaierai sûrement ceci dit, mais là du coup il n'y a plus urgence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant je pense que ça peut te plaire. En tout cas plus qu'à moi :P

      Supprimer
    2. C'est vrai que je suis d'une affligeante "glauquitude"...
      Mais bon, ce n'est pas une amatrice de zombies qui va me le reprocher, n'est-ce pas ?

      Supprimer
    3. Tu aimes le glauque, j'aime le putride, ne sommes-nous pas mignonnes ? ^^

      Supprimer
    4. Nous sommes d'adorables créatures. On pourrait nous appeler Lenore et Coraline...

      Supprimer