jeudi 2 mai 2013

Cinq pas sous terre #2 - Mille éclats de colère, Vanessa Terral


Résumé :

Début de l’été, près de Toulouse.
Jabirah se réveille dans une cave, malade et incapable de faire un geste. Une femme ne tarde pas à la rejoindre. Elle dit s’appeler Muriel et être une engeôleuse d’esprits, une sorte de médium dont le but est de protéger l’harmonie entre les ombres et les humains. Cette illuminée propose à sa prisonnière un marché qui ressemble plutôt à un chantage : la servir, en échange de quoi elle lui rendra son suaire.
Paraît-il que Jabirah est une mâchonneuse de linceul, un vampire nouveau-né dont le corps va pourrir si elle n’ingère pas régulièrement des bouts de son drap mortuaire, et cela jusqu’au dernier fil.
Quant à ce que Muriel demande en retour… Bah, il s’agit de trois fois rien !
Simplement tuer un engeôleur fou qui veut réveiller le passé de la Ville rose…


Avis :


Ce deuxième épisode de Cinq pas sous terre m’a réellement surprise. Comprenez-moi, après le premier épisode j’avais une idée assez claire de la trame du feuilleton, et, avec Mille éclats de colère, Vanessa Terral vient de mettre mes théories par terre ! Mais pourquoi, me demanderez-vous (et si vous ne vous le demandiez pas on va faire comme si, ça m’arrange). Eh bien ça je ne peux pas le révéler, sinon je vais spoiler l’épisode, et vous ne seriez pas très contents… (Je vous entends d’ici dire « tout ça pour ça ?! »).

Le rythme s’intensifie et l’intrigue laisse une large place à l’action. Le duo Jabirah/Muriel fonctionne bien (je préfère d’ailleurs ce personnage), j’aime beaucoup l’alchimie entre les deux caractères, le résultat est très intéressant et jubilatoire. Le style de l’auteur est toujours aussi percutant, cet épisode est mené tambour battant et l’écriture de Vanessa Terral retranscrit à merveille les évènements, le lecteur s’y retrouvant complètement immergé.
Et puis, comme je le disais plus haut, cet épisode est très surprenant, et du coup je me demande ce que mijote l’auteur et ce qu’elle va nous offrir la prochaine fois !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire