jeudi 16 mai 2013

La Peau des rêves T3 - Les Chimères de l'aube, Charlotte Bousquet


Résumé :

Anja, mutante vivant dans les bas-fonds de Berlin, sauve la vie d'un jeune homme. Croyant reconnaître Rain, étoile montante d'Ishtar, elle décide de tout abandonner pour le retrouver. Mais Rain n'est pas celui qu'elle a sauvé, c'est un homme sans cœur qui ne croit qu'au pouvoir et n'a pas hésité à tuer pour se l'approprier. Anja ouvrira-t-elle les yeux à temps ?


Avis :

C’est encore Namja, la gypsie captive, qui nous conte une nouvelle histoire. Adieu Cléo, Lyn et Axel, le lecteur va faire la connaissance d’Anja, une sirène, amoureuse d’un humain haïssant les mutants. Changement de décor aussi puisque l’histoire se déroule cette fois-ci dans les ruines de Berlin.

Le début du roman est un peu lent, d’autant qu’il faut faire connaissance avec de nouveaux personnages, tâche d’autant plus difficile que ceux mis en scène dans les deux premiers tomes étaient vraiment attachants. Mais le lecteur se familiarise vite avec Anja, une mutante sirène qui renie sa nature par amour pour un homme (ça ne vous rappelle rien ?).
Après le droit à différence et son affirmation, c’est cette fois-ci une autre préoccupation forte de la période adolescente qui est au centre du roman : rentrer dans le moule et se faire aimer quel qu’en soit le prix. Et pour le coup, le prix est sacrément élevé. J’ai souffert pour Anja, elle m’a fait mal au cœur, et même en la comprenant, car quelque part ses motivations sont logiques à son âge et dans sa condition, j’ai eu envie de l’extirper du livre pour la sauver…

Charlotte Bousquet réussit une nouvelle fois à emporter le lecteur dans son univers et à le rendre tangible grâce à plein de détails, d’indices disséminés dans le roman. Sa plume poétique et néanmoins cruelle est efficace dans les moments légers comme dans ceux plus durs où elle restitue avec une véracité terrible les tourments de ses personnages. On ne lit pas La peau des rêves, on la vit. Et maintenant, j’ai fortement envie de vivre la suite des aventures d’Anja…




1 commentaire:

  1. Oui, je trouve qu'on développe une empathie assez forte envers Anja que j'apprécie beaucoup :)

    RépondreSupprimer