jeudi 23 mai 2013

Le Trône de Fer T13 - Le bûcher d'un Roi, George R.R. Martin



Résumé :

Le destin des Sept Royaumes est sur le point de basculer. À l'Est, Daenerys, dernière descendante de la Maison Targaryen, secondée par ses terrifiants dragons arrivés à maturité, règne sur une cité de mort et de poussière, entourée d'ennemis. Mais alors que certains voudraient la voir passer de vie à trépas, d'autres entendent rallier sa cause, tel Tyrion Lannister, le Lutin, dont la tête vaut de l'or depuis qu'il s'est rendu coupable du meurtre de son père, Tywin. Au Nord, où se dresse l'immense Mur de glace et de pierre qui garde la frontière septentrionale des Royaumes, Jon Snow, le bâtard de feu Eddard Stark, a été élu 998e Commandant en chef de la Garde de Nuit, mais ses adversaires se dissimulent des deux côtés du Mur, y compris parmi les troupes de Stannis Baratheon qui ont élu domicile dans ces contrées glacées...


Avis :

Si vous suivez les chroniques du Trône de Fer sur ce blog, vous remarquerez qu’on passe de l’intégrale 4… au tome 13 ! Eh oui, j’ai rattrapé la numérotation de Pygmalion, l’éditeur qui saucissonne l’œuvre de George R.R. Martin sans complexe. Soyons logiques, pourquoi se priver du plaisir de découper le cinquième tome (en version originale) en trois livres ? Pas de petit profit, pourquoi se contenter de la vente d'un livre alors qu'on peut en vendre trois et multiplier ainsi le bénéfice ?

Le Bûcher d’un Roi reprend chronologiquement après les évènements du tome 3, et se déroule en même temps que ceux du tome 4 (petit rappel, l’auteur a découpé son quatrième tome trop volumineux en deux, de manière géographique, et non chronologique, le tome 4 se concentrant sur les événements se déroulant au sud de Westeros, le 5 centré sur ceux du nord).
Du coup, c’est plus compliqué de chroniquer la première tranche d’une œuvre, chaque personnage n’ayant pas été au bout du cheminement prévu par l’auteur, et la fin du roman n’en étant pas une, forcément. Retour donc vers le Nord, et vers Tyrion, Daenerys et Jon principalement. Ce tome 13 commence assez lentement, l’action est peu présente, cette première partie permet surtout de reprendre contact avec les personnages qu’on avait laissé de côté pendant un tome complet, et de les resituer dans l’intrigue. Il reste à savoir où tout cela va nous mener dans la deuxième partie version Pygmalion…

À noter aussi le changement de traducteur, j’ai eu un peu de mal à l’apprivoiser. Autant au départ le style de Jean Sola m’avait un peu « perturbée » au départ, autant je m’y étais vraiment habituée au fil des pages, et j’ai eu un peu de mal à me couler dans le style de Patrick Marcel.



2 commentaires:

  1. Même si je suis parfaitement d'accord pour le découpage des tomes, il faut avouer que les frais sont différents pour l'éditeur VF.

    Acquisition des droits, traduction, et un marché moins large.

    Il n'en reste pas moins que l'on paye 60€ ce qu'on trouve à 15$ aux USA.

    Je suis assez d'accord également concernant la traduction de Patrick Marcel, elle est de bonne qualité, mais surtout dans ce tome 13 on sent vraiment la coupure. Et dans les tomes suivants, j'ai trouvé certaines phrases "alambiquées".

    La solution pour tous ses problèmes reste cependant de lire en VO si on le peut, en plus on a les livres avant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait super cher, et puis le découpage fait vraiment artificiel, on n'a pas l'impression d'avoir une histoire complète (logique) et c'est frustrant...

      En anglais c'est pas trop difficile comme niveau ?

      Supprimer