vendredi 3 mai 2013

Les soeurs Charbrey T1 - Sans orgueil ni préjugé, Cassandra O'Donnell

Résumé :

Le mariage ? Morgana Charbrey ne veut pas en entendre parler ! Elle préfère son indépendance et les sciences, passion qu’elle dissimule derrière une prétendue maladie, loin des regards courroucés de la bonne société.
Lorsqu’elle apprend que le manuscrit de sa sœur a été refusé par un éditeur méprisant l’intellect féminin, Morgana décide d’aller confronter ce personnage cynique et détestable.
Si ce dernier pense pouvoir confondre la demoiselle à coups de reparties cinglantes et de sourires enjôleurs, il ne sait pas encore à qui il a affaire…


Avis :

J’étais assez curieuse de lire Cassandra O’Donnell, la maman de Rebecca Kean pour ceux qui ne connaîtraient pas, dans de la romance historique, un registre différent de celui dans le lequel elle sévit habituellement.

C’est ainsi que je me suis laissée embarquer dans les aventures des sœurs Charbrey. Morgana, l’aînée, est une jeune femme forte, davantage attirée par les sciences que par les hommes. On s’attache très vite à ce personnage haut en couleurs, mais qui tape sur les nerfs à force d’être exceptionnellement belle, intelligente, spirituelle… Si elle refuse de se plier aux exigences de la société de l’époque et vit en ermite, se faisant passer pour gravement malade, elle a veillé à ce que ses sœurs reçoivent une éducation parfaite en tous points. C’est ainsi que sa sœur Rosalie doit faire son entrée dans le monde, Morgana lui servant de chaperon. La jeune femme fera alors la connaissance de Lord Greenwald, un homme à femmes qui tombera immédiatement sous son charme…

Bien que j’aie apprécié les personnages de Morgana et Malcolm ainsi que le style de l’auteur, j’ai trouvé que l’alchimie entre eux ne se faisait pas, que leur romance de fonctionnait pas. En fait j’ai trouvé cette romance « trop ». Trop pleine de clichés, trop facile, trop rapide, des caractères trop marqués pour que leur coup de foudre soit crédible… Je m’attendais à ce que Cassandra O’Donnell propose une romance flamboyante, mais son parler et ses personnages sont trop éloignés des codes de la romance historique pour que je m’y retrouve. L’histoire est agréable et vite lue, mais je n’ai pas éprouvé les sentiments que je connais quand je lis du Kleypas par exemple, et du coup j’étais un peu déçue.

3 commentaires:

  1. Entièrement d'accord avec toi sur le trop facile, trop rapide… et surtout ça manque énormément de contexte historique. J'ai ressorti juste après un vieux Barbara Cartland qui traîne dans mes affaires et j'ai eu beaucoup plus "d'ambiance" et d'atmosphère que là (bon les scènes osées en moins mais avec plus de sensualité pour compenser)
    C'est en effet sympa et vite lu mais ça s'oublie aussi vite :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi que ce n'est pas évident de passer d'un registre à l'autre, mine de rien la romance historique est un genre très codifié.

      Supprimer
  2. Cassandra O'Donnell a eu le mérite de lancer la romance historique en langue française, hélas elle a peut-être un peu trop voulu coller au genre en choisissant un contexte semblable à ceux qu'on trouve chez les auteurs américains. Ce genre est effectivement très codifié et on se lasse très vite de ces histoires déjà copiées elles mêmes sur Jane Austen (par exemple). La romance historique à l'américaine commence sérieusement à se répéter, à se mordre la queue. Il est dommage que les auteures françaises viennent ajouter une énième pierre à l'édifice au lieu d'adapter celle-ci à notre Histoire qui est si riche.

    RépondreSupprimer