jeudi 20 juin 2013

Le rêve du Prunellier, Rozenn Illiano

Résumé :

Entends le chant des trains, et les cris d’une Reine des Neiges en furie, et le bruissement des arbres hybrides. Écoute les prières fiévreuses d’une dame d’hiver en péril, l’écho d’un bec de corneille qui cogne à la fenêtre, le bruit sourd d’un corps chutant d’un gratte-ciel. Écoute le silence des mondes qui s’entrechoquent, et le vacarme d’une graine qui grandit, bien cachée sous le bitume…

Huit nouvelles oscillant entre féerie étrange, fantastique éthéré, onirisme nocturne. Huit histoires sans lien ni point commun, ou presque. Juste quelques corneilles, et le froid mordant de l’hiver…


Avis :

On n’ouvre pas Le rêve du Prunellier comme on ouvrirait un livre quelconque. Non, on rentre dans un univers mélancolique et onirique, celui de Rozenn Illiano. Pour connaître ses créations en matière de bijoux, je n’ai pas été dépaysée en commençant ce recueil, j’ai eu l’impression d’une certaine unicité, cohérence entre les deux.

Huit nouvelles sont au sommaire, différentes mais pourtant reliées entre elles par différents points communs comme la corneille, tour à tour rassurante ou signe de mauvais présage, ou le froid de l’hiver.
Dies Irae est de loin ma nouvelle préférée, réécriture du conte La reine des Neiges. Gerda a délivré Kay et ils sont revenus à la civilisation. Que sont-ils devenus plusieurs années après, c’est ce que nous révèle cette nouvelle belle et triste à la fois.
Poe m’a aussi séduite, texte très touchant et poétique, inspiré de faits réels quant au mystérieux admirateur de l’écrivain.
La forêt d’Adria est pour sa part un voyage dans un monde fantastique et très teinté fantasy, voyage où un homme se voit obligé de faire un choix cornélien…

Je ne vais pas revenir sur tous, mais l’intégralité des textes de Rozenn Illiano mérite qu’on s’y intéresse et qu’on se laisse emporter par la plume de l’auteur, emplie de finesse, de douceur et de poésie, pour un voyage dans l’imaginaire riche qui y est proposé. Il est alors très difficile, une fois la dernière page tournée, de revenir à la réalité…



J’en profite pour remercier l’auteur qui offre son ouvrage dans le cadre du challenge JLNN, ainsi que Lune, organisatrice dudit challenge, c’est ainsi que j’ai eu la chance de pouvoir faire cette belle découverte.



4 commentaires:

  1. C'est vrai que le recueil de Rozenn est vraiment très agréable à la lecture :) Tant dans la construction travaillée que dans la qualité et l'intérêt du récit.

    RépondreSupprimer
  2. Je plussoie. J'ai vraiment beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  3. Ce recueil avait un goût de trop peu en fait.

    RépondreSupprimer
  4. Ravie que ça t'ait plus, c'est un excellent recueil !

    RépondreSupprimer