mardi 9 juillet 2013

Le Sang des Chimères T1 - Mutante, Sophie Dabat

Résumé :

Syrine, seize ans, a tout ce dont elle pourrait rêver : une famille unie, des super copines, une ville qu’elle adore. Mais tout bascule du jour au lendemain lorsque des excroissances douloureuses émergent dans son dos. Brusquement persuadée qu’elle sombre dans la folie, la jeune fille n’ose parler de ses problèmes et affronte souffrance et incertitude, subit l’incompréhension de ses parents et le rejet de ses amies. De fantasmes sanglants en pulsions violentes, de fugues en hallucinations, Syrine craint pour sa vie, pour celle de ses proches. Lorsque son père est muté à Rennes, elle espère que quitter Marseille lui permettra laisser ses doutes et terreurs derrière elle. Mais quand elle réalise que les étranges « Men in Black » qui ont offert ce nouveau départ à sa famille pourraient bien l’espionner ou vouloir faire d’elle un cobaye, le cauchemar devient intenable.
Syrine cherche de l’aide, mais ce n’est pas dans son lycée qu’elle va le trouver. Gauthier, peut-être, ce garçon qui semble être le seul à s’inquiéter pour elle ? Ou Agnès, la jeune fille handicapée qui a l’air de lire dans ses pensées…
Qui pourrait répondre à ses questions ? La djenneya, l’être qui hante son esprit, certainement. À moins que cette créature qui lui souffle ses fantasmes de sang et de sable ne soit autre que l’incarnation de sa propre folie…


Avis :

Syrine, une jeune fille de 16 ans, quitte brusquement Marseille pour la Bretagne. La jeune fille, dont le comportement avait déjà évolué avant le déménagement, devient de plus en plus renfermée et taciturne, avec des pulsions violentes. Et puis il y a ses cauchemars, cette voix qui lui parle, ses douleurs dans le dos qui ajoutent à son malaise et l’empêchent de s’intégrer dans son nouveau lycée, où elle est déjà montrée du doigt. Pour surmonter ces épreuves, Syrine va devoir accepter l’aide d’autrui pour mieux s’accepter elle-même, et découvrira ainsi la raison de ses tourments.

Mutante est un roman multi-facettes. Sophie Dabat dépeint avec beaucoup de justesse le quotidien de cette adolescente paumée qui voit sa vie et son essence même bouleversées. Les réactions, les attitudes et le parler (j’ai eu un mal de chien à déchiffrer le langage sms !) de la jeune fille et des jeunes de son entourage sont très justes, (re)plongeant ainsi le lecteur dans cette période complexe de la vie, sans mièvrerie ni brutalité, mais avec réalisme. L’auteur aborde à cette occasion des thèmes clés comme les relations avec les parents, l’acceptation de soi, le racisme ou le regard d’autrui avec cette même justesse qui rend son histoire presque réelle et son héroïne tangible. L’aspect fantastique du récit est aussi bien mené, Sophie Dabat prenant le temps d’installer les choses, jouant sans en avoir l’air avec les nerfs du lecteur (ou du moins les miens) qui est avide d’en savoir plus. Et là où quelque part on pouvait s’attendre à une évolution un peu convenue du personnage, il n’en est rien, l’auteur prend le contrepied du courant actuel qui tend à positiver le côté paranormal du personnage.
La narration est efficace et percutante, le rythme soutenu. L’auteur prend le temps de développer son récit et ses personnages sans jamais susciter l’ennui, même dans les moments où l’action n’est pas forcément à son paroxysme, bien au contraire. Sophie Dabat a su me séduire d’un bout à l’autre de son roman. Malgré ses 500 et quelques pages, la lecture de Mutante s’est avérée trop courte, j’avais envie de poursuivre l’aventure et de savoir ce qu’allaient devenir Syrine, Agnès et Gauthier. Heureusement, le deuxième tome, Errante, doit sortir à la rentrée.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire