lundi 15 juillet 2013

Les Variants, Robison Wells

Résumé :

Lorsqu’il intègre la Maxfield Academy, Benson Fisher est plein d’espoir : enfin il va connaître une existence normale et cesser d’être ballotté de foyer en foyer. Mais il va vite se rendre compte qu’il se trompe lourdement : la Maxfield Academy est en réalité une école spéciale, entourée de grilles tranchantes comme des lames de rasoir, truffée de caméras de surveillance, où le règlement ne doit être enfreint sous aucun prétexte et où les pensionnaires n’ont aucun contact avec le monde extérieur. À leur arrivée, les adolescents doivent intégrer un des trois gangs existants. C’est avec les Variants que Benson Fisher va choisir de faire équipe… Mais a-t-il raison de faire ce choix ?
En découvrant le véritable secret de cette étrange école, Benson comprend que suivre les règles peut mener à un destin pire que la mort. La seule solution serait de s’enfuir, mais est-ce seulement possible ?


Avis :

Orphelin balloté de centre en famille d’accueil, Benson voit son dossier accepté au prestigieux collège Maxfield. À son arrivée, il réalise rapidement que l’établissement ressemble plus à une prison où les adolescents sont livrés à eux-mêmes, organisés en gangs. Il rejoindra les Variants et n’aura de cesse de s’évader.

Quelle excellente surprise ! Ce huis clos nous entraîne dans l’esprit de Benson, jeune homme têtu qui refuse de se résigner et d’accepter son triste sort. Hors normes, il a du mal à se faire des amis, et ce même au sein de ce collège. Sa recherche de la vérité risque de le mener à sa perte, chaque découverte étant plus étonnante que l’autre et le rapprochant un peu plus de la vérité.
Les Variants vaut surtout par la qualité de son scénario et la tension permanente qui règne tout au long du récit. Le lecteur va échafauder nombre d’hypothèses sur ce qu’est vraiment la Maxfield Academy, mais il sera bien loin du compte à coup sûr. Robison Wells ne ménage pas ses efforts pour brouiller les pistes et balader le lecteur par le bout du nez. Et que dire de la fin ? Insupportable ! Comment un auteur peut-il être aussi sadique et laisser ses lecteurs comme ça ?
Vous l’aurez compris, Les Variants a été pour moi un véritable coup de cœur.



2 commentaires:

  1. "Tension permanente" et "auteur sadique" tu résumes bien mon avis aussi.
    Une idée très originale qui nous pousse à savoir le fin mot... et nous laisse sur notre faim ! Vite, la suite ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de terminer la lecture et j'attends avec impatience la suite tellement je suis restée scotchée à la fin !

    RépondreSupprimer