mercredi 17 juillet 2013

Rose Morte T1 - La floraison, Céline Landressie

Résumé :

France, fin du XVIe siècle. C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l’Angleterre élisabéthaine. Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et de caractère. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier. Et c’est en faisant tout pour éviter cette terrible obligation à l’aide de sa fidèle amie Charlotte que Rose fera connaissance d'Artus de Janlys. Le séduisant et mystérieux comte l’entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle...


Avis :

Rose Morte commence comme une romance historique et se termine en roman fantastique, avec une enquête en son sein. Autant dire que c’est un roman très difficile à classifier ! Mais rassurez-vous, pour ce qui est de sa lecture, aucune difficulté, vous ne pourrez que vous laisser emporter dans le tourbillon de cette histoire hors du commun qui vous plongera au cœur du XVIe siècle.

Comme je le disais, au départ on croit à une romance historique avec une jeune femme forte, Eileen dite Rose, qui ne veut pas se marier et fait échouer toutes les tentatives en ce sens de son père. Forte et sensible, la jeune femme s’avère dès le départ très attachante. Avec son amie Charlotte elles vont faire connaissance du mystérieux Janlys, celui qui risque de faire changer d’avis Rose sur le mariage. Qui est Janlys, quel secret cache-t-il ? C’est ce que nous allons découvrir. Alors j’avoue que sur ce point, au départ, j’ai tiqué, j’ai trouvé la jeune Rose bien innocente et naïve. Et puis, tout bien considéré, vu l’époque j’ai revu ma position sur le sujet. Ce même Janlys aidera la demoiselle quand un drame la frappera, et elle verra si elle peut vraiment compter sur lui…
L’écriture de Céline Landressie colle parfaitement à son histoire, fluide et raffinée. À noter le gros travail de documentation sur la période historique qui lui permet de disséminer çà et là des détails sur l’Histoire ou les us et coutumes du XVIe siècle, donnant encore davantage de matière au décor de son récit.


Sur le fond et la forme, Céline Landressie a su me captiver dès les premières pages. J’ai dévoré ce roman en une journée tant il me tardait d’avoir le fin mot de l’histoire, et, vous l’aurez compris, je ne peux que vous le conseiller.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire