jeudi 1 août 2013

God save the Queen, Kate Locke

Résumé :

La toujours sémillante Victoria règne sur l’Empire britannique. Un Empire où l’aristocratie se compose de loups-garous et de vampires, où les gobelins vivent sous terre, et où les mères veillent à ne pas laisser leur progéniture dans les rues une fois la nuit tombée… Nous sommes en 2012, et la Pax Britannia est toujours d’actualité.
Xandra Vardan, fille d’un vampire et d’une courtisane, est membre de l’élite de la Garde royale. Mais quand sa sœur est portée disparue, Xandra tombe sur un secret qui pourrait renverser l’Empire… et lui coûter la vie. Que se passe-t-il, vraiment, à l’asile psychiatrique de Bedlam ?


Avis :

De nos jours, la Reine Victoria règne toujours sur l’Empire Britannique. Sa longévité est due à une bactérie transformant les nobles du pays en vampires et autres créatures surnaturelles. Dans cette époque victorienne qui joue les prolongations, Alexandra Vardan, membre de la Garde royale part à la recherche de sa sœur disparue. Ce qu’elle va découvrir va l’emmener bien au-delà de ce qu’elle avait pu imaginer.

Le point fort de ce livre est aussi son point faible, à savoir le background. Si le lecteur est immergé dans une ambiance steampunk dès le départ, l’auteur reste timide et j’aurais aimé que cet aspect soit plus fouillé. Je pensais qu’il y aurait une montée en puissance, mais non, le roman se recentre ensuite sur l’histoire et oublie un peu le décor. L’intrigue est par ailleurs bien conçue et multi-facettes, ce qui ne gâche rien. Le personnage principal, Alexandra, est très attachant de par ses valeurs et son caractère. Je suis moins convaincue par le personnage masculin, mais rien d’étonnant puisqu’il s’agit d’un « poilu » et que je ne suis pas très sensible à leur charme !
Le style de Kate Locke est fluide et agréable, assurant une lecture facile et addictive. À noter que l’auteur est aussi connue sous les pseudonymes de Kady Cross et Kathryn Smith, la première écrivant du steampunk pour young adults, la seconde de la romance historique ou de la fantaisie urbaine.


God save the Queen est un livre bien construit, intéressant et plaisant. Son background aurait mérité d’être davantage développé mais conviendra tout à fait aux lecteurs peu familiers du genre qui ne seront pas noyés dans un univers complètement déjanté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire