vendredi 11 octobre 2013

Fleur de tonnerre, Jean Teulé

Résumé :

Au début du XIXe siècle, partout en Bretagne, couraient encore les légendes les plus extravagantes. Le soir, au creux des fermes, on évoquait avec frayeur les apparitions de l’Ankou, l’ouvrier de la mort, squelette drapé d’un linceul et portant une faux. Cette terrible image frappa avec une violence inouïe l’imaginaire de la petite Hélène Jégado. Blottie contre le granit glacé des menhirs, l’enfant se persuada qu’elle était l’incarnation de ce personnage d’épouvante. Après avoir empoisonné sa propre mère, elle sillonna la région, éliminant tous ceux qui accueillaient avec bonheur cette parfaite cuisinière. Elle tuait tout le monde, sans discrimination. Et elle était si bonne, si compatissante au chevet des mourants, que personne ne pouvait soupçonner un seul instant son monstrueux dessein. À laisser trop de traces, elle finit par se faire prendre. Quels secrets renfermaient cette tête qui, le 26 mars 1852, sur la place du Champs-de-mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?


Avis :

Fleur de tonnerre raconte le parcours meurtrier d’Hélène Jégado, de son enfance à la guillotine. Nourrie de légendes bretonnes et traumatisée par l’Ankou, la mort, la petite fille va se prendre pour son incarnation sur terre et semer la désolation sur son passage. Spécialiste du meurtre à l’arsenic, Hélène Jégado va sévir dix-huit ans durant, faisant entre trente et soixante victimes selon les sources, sans jamais être inquiétée, le choléra sévissant en même temps qu’elle sur la Bretagne. Jean Teulé la considère d’ailleurs comme la plus grande tueuse en série de l’Histoire.
On pourrait dire que ce roman se borne à suivre Hélène Jégado de meurtre en meurtre, mais cela serait réducteur. L’auteur transcende l’histoire de cette femme en y apportant sa touche personnelle et en la rendant très vivante, et en auréolant son récit d’humour noir. Le livre est très court et se lit rapidement. Ma première réaction en le terminant a été d’aller voir à quel point l’auteur avait grossi le trait, romancé l’histoire. Et il n’en est rien, ce personnage taciturne, sans remords, froid et cynique a bel et bien existé et a bien commis tous ces crimes avec un détachement qui fait froid dans le dos…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire