lundi 7 octobre 2013

J'ai un chat à collerette



Ma dernière petite pensionnaire ayant atteint ses six mois, l’heure était venue de la faire opérer, n’ayant pas l’intention de me lancer dans l’élevage intensif de tigres de salon (j’en ai déjà trois, merci).
Je dépose donc Miss Potts (c’est le nom du chat) chez le vétérinaire de bon matin, et je la récupère le soir, avec bandage et collerette. Car oui, à peine réveillée elle s’arrachait le pansement, alors il a fallu lui mettre la collerette en plus. Ça promet, me dis-je en mon for intérieur…

En réalité, Miss Potts a mis 3 jours pour se remettre de l’opération, passant le plus clair de son temps à roupiller dans son panier. Mais il faut se méfier de l’eau qui dort, il ne s’agissait que du calme avant la tempête…

Car oui, le chat à collerette est un chat chewing-gum, culpabilisateur et comédien. Il faut savoir qu’une fois remis de l’anesthésie, le chat à collerette ne dort plus. Non. Il veut sa maman. Vous en l’occurrence. Il se couche sur le clavier ou sur vos bras quand vous êtes à l’ordi (je tape ce billet depuis une heure, et pourtant je suis la Bip-Bip de la frappe d’habitude), s’assoit sur vos pieds quand vous faites la cuisine, saute sur vos genoux quand vous êtes aux toilettes, bref, il vous collera encore mieux qu’un chewing-gum sous une semelle, il deviendra votre jumeau siamois (pour un chat le terme convient parfaitement). Fatalement, à un moment vous en aurez un peu marre et voudrez que votre compagnon soit un peu plus indépendant. Peine perdue ! Le chat à collerette a de la mémoire, il sait qui l’a emmené chez le véto. Vous ! Et il vous le fera sentir en vous regardant de ses grands yeux humides pleins d’un amour trahi. Trahi par vous, sa maîtresse (maître), non, que dis-je, sa maman (son papa). Mais vous êtes fort, juste un gratouillis tête pour la route, et c’est terminé cette comédie. Sauf qu’à peine vous le touchez que le chat à collerette se met à ronronner plus fort d’un moteur de groupe électrogène… Vous êtes cuit, sans même vous en rendre compte vous avez pris dans vos bras votre petit félin convalescent… Mais le chat à collerette n’en a pas fini avec vous. Il sait très bien qu’il a réussi à vous faire culpabiliser, à vous réduire en esclavage, il ne lui reste plus qu’à faire de vous sa chose. Le chat à collerette a du mal à marcher, à manger, à rentrer dans sa caisse, à sauter pour venir sur vos genoux à cause de la collerette et/ou des fils qui tirent sur son bidoune à chaque mouvement. Entre petits miaulements de douleur (exagérée, voire feinte) et regards suppliants, vous vous retrouvez malgré vous à lui basculer la porte de sa litière, lui donner à manger à la cuillère, le porter pour l’amener d’un point A au point B… Eh oui, votre chat avait déjà un certain ascendant sur vous, vous êtes maintenant foutu. Et vous avez vous-même précipité votre chute, sans vous en douter. Le pire dans cette histoire, c’est que le chat à collerette, une fois débarrassé de sa collerette, tient ces petites attentions pour acquises. Alors, il ne vous collera plus, ronronnera mollement quand vous le caresserez, mais certains caprices perdureront, il aura tant aimé vos petites marques d’attention…

Au cas où vous n’étiez pas convaincu, le chat c’est plus fort que toi !

12 commentaires:

  1. Mais elle est adorable Miss Potts, elle est trop choupi ! Elle donne envie de lui faire des papouilles !

    RépondreSupprimer
  2. Le chat bien résumé en somme. Méfiance, un jour ils prendront le contrôle de la planète ! ;-D (dit la fille esclave de son chat qui ouvre, par exemple, le robinet chaque fois que son chat la regarde sur l'évier avec des yeux cramoisis d'amour et des petits miaous désespérés, genre 10 fois par jour)

    RépondreSupprimer
  3. lol ! moi aussi j'ouvre le robinet quand Eléa monte sur l'évier (deux fois par jour minimum), elle ne boit jamais dans sa gamelle, c'est connu le chat effectivement est fourbe et malin et il contrôlera sans aucun doute la planète un jour prochain :P

    RépondreSupprimer
  4. Cette garçouille vient de croquer mon livre, je la dispute et là elle se met à ramper en me regardant comme si je l'avais battue ou reniée, en faisant crisser la collerette sur le carrelage. Et bingo je l'ai prise pour lui faire un câlin :p

    RépondreSupprimer
  5. La mienne s'est couchée sur mon carnet à chroniques toute la soirée hier. Devine qui est en retard du coup maintenant (sale bête)
    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je dis que les chats sont machiavéliques !

      Supprimer
  6. C'est trop ça! Et après le chat à colerette il y a le chat qu'on a "abandonné" pour partir en vacances...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop le style de la maison ça...

      Supprimer
  7. Le chat, avec ou sans collerette, n'a de pouvoir que si on lui en laisse. :P

    RépondreSupprimer
  8. Ton petit cœur fond ;) Chouette article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment veux-tu ne pas fondre devant ces petites boules de poils ?!

      Supprimer