lundi 13 janvier 2014

Sept messages pour mes quinze ans, Stewart Lewis

Résumé :

Un an après la mort accidentelle de sa mère, célèbre mannequin new-yorkais, Luna essaie de faire son deuil. Retrouvant par hasard un téléphone portable lui ayant appartenu, elle est stupéfaite d'y découvrir sept mystérieux messages. Sa mère, qu'elle admirait tant, avait-elle une double vie ?
Avec l'aide d'Oliver, son voisin quelle aime en secret, Luna assemble les pièces du puzzle pour reconstituer les événements qui ont précédé l'accident.
Des vérités parfois douloureuses lui apparaissent alors, et ses illusions de petite fille volent en éclats. Mais la voici pleine d'une énergie nouvelle, prête à s'engager sur le chemin chaotique de la vie. Et de l'amour.


Avis :

Depuis le décès de sa mère un an auparavant, Luna vit avec son père, un réalisateur célèbre submergé par le chagrin et son petit frère. Amoureuse depuis longtemps de son voisin, la jeune fille a l’impression que sa vie est au point mort depuis l’accident. Alors qu’elle retourne pour la première fois dans le studio que sa mère occupait, Luna va retrouver son portable, avec sept messages en mémoire. Tiraillée entre l’envie de les consulter et la culpabilité, la jeune fille va céder à la tentation et les écouter, remontant ainsi les souvenirs de sa mère qu’elle idéalisait. Sous la perfection des apparences, elle va se rendre compte de la complexité de la relation de ses parents et de leurs failles. Entre douleur et apprentissage, le chemin sera long pour Luna, mais au bout c’est elle-même qu’elle sauvera.

Stewart Lewis offre ici un joli récit mélancolique et plein d’espoir à la fois. Pudique et touchante, l’histoire de Luna ne peut laisser le lecteur indifférent et c’est au rythme des découvertes du personnage, de ses rires et de ses pleurs, qu’il arrivera à lever le voile sur les révélations renfermées par ce mystérieux portable. Sept messages pour mes quinze ans est une très jolie histoire destinée aux adolescents, mais qui touchera à coup sûr un plus large public.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire