lundi 17 février 2014

Jeu de patience, Jennifer Armentrout

Résumé :

Ne jamais ôter son bracelet, être ponctuelle, ne pas attirer l’attention : tels sont les trois préceptes qu’Avery s’est imposé pour son entrée à la fac. Une stratégie que le séduisant Cameron Hamilton pourrait bien déjouer à coups de regard pénétrant et de sourire enjôleur. Patient et obstiné, lorsque Cam a jeté son dévolu sur quelqu’un, il ne recule devant rien – rien, excepté peut-être le passé d’Avery, qui semble s’acharner à ressurgir…
Ensemble, seront-ils capables d’affronter le souvenir de cette terrible nuit qui, cinq ans auparavant et à des kilomètres de là, a tout changé ?


Avis :

Avery Morgansten, en provenance directe du Texas, débarque dans une université paumée, à plusieurs milliers de kilomètres du domicile familial. Déterminée à repartir de zéro et à oublier un passé qui la hante depuis cinq ans, la jeune femme s’impose malgré tout de rester discrète, voire inexistante, séquelles de l’enfer qu’elle a vécu. Quand elle rencontre Cam, elle peut dire adieu à son envie d’être transparente, car le jeune homme semble bien déterminé à lui redonner goût à la vie. Mais, entre ses peurs profondes et un passé qui s’acharne à ne pas se faire oublier, Avery hésite, recule, s’enfuit, même si elle n’est pas insensible au charme de son voisin…

Quelle jolie histoire ! Ce roman réunit tout ce que l’on est en droit d’attendre de ce type de romance, tout en évitant de tomber dans le bourbier des lieux communs et du pathos. Avery est une jeune femme sensible très attachante, Cam est, quant à lui, un personnage solaire qui attire tout de suite la sympathie, ainsi le lecteur peut comprendre, et apprécier, l’un et l’autre.

Jeu de patience c’est avant tout le jeu du chat et de la souris entre deux âmes sœurs. Comment Cam va-t-il réussir à séduire Avery, comment cette dernière pourra-t-elle faire tomber ses défenses et faire confiance à un homme ? Le lecteur va suivre le ballet de leurs sentiments, soupirer et vivre au rythme des personnages, jusqu’au dénouement certes prévisible, ou plutôt espéré. Jennifer Armentrout sait exprimer l’attraction entre ces deux êtres et rendre leur évolution crédible. Le récit est fluide, l’intrigue accrocheuse, une fois le livre commencé, il est très difficile de le lâcher, et les 450 pages passent trop vite, le lecteur en veut encore ! Il existe une suite à Jeu de patience, ainsi qu’un tome intermédiaire relatant l’histoire du point de vue de Cam, j’espère que J’ai lu nous fera la surprise de les publier. 

4 commentaires:

  1. Je crois que je suis la seule à ne pas avoir plus apprécié que ça.
    Peut-être que je l'ai lu en VO dans une période très NA et que ce livre ressemble à beaucoup d'autres ? En tout cas j'avais trouvé ça très très lent (plus de la moitié pour un bisou si mes souvenirs sont bons, et quelques incohérences).
    Ceci dit, une chose est sûre, Armentrout écrit très bien (surtout les dialogues !).
    Je préfère de très loin sa série YA "Lux".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu Lux en VO mais j'ai pas vraiment accriché, pour le coup je suis sûre que ça vient de la langue.

      Supprimer
  2. Ah mince tu n'as pas accroché à Lux ! Zut :)
    En YA je trouve qu'il est vraiment sympa :)
    Comme quoi...
    Je crois qu'il est prévu en fin d'année en français, tu verras si c'est ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense me le refaire en français, vu que j'ai aimé ce livre là et que tout le monde dit que Lux est mieux, c'set que je suis passée à côté du truc !

      Supprimer