mercredi 26 février 2014

Une île, Tracey Garvis Graves

Résumé :

Anna Emerson n'hésite pas un instant lorsque les Callahan lui proposent de se rendre aux Maldives pour donner des cours à leur fils T.J., en rémission d'un cancer. Mais rien ne se passe comme prévu : le jet privé à bord duquel ils ont embarqué se crashe au beau milieu de l'océan Indien. Les voici naufragés sur une île déserte où ils vont devoir apprendre à survivre. Si l'adolescent rechute, rien ne pourra le sauver. Anna se sent malgré tout étrangement attirée par son compagnon d'infortune. Alors que chacun d'eux n'a plus que l'autre pour unique horizon, leur seule chance de s'en sortir est ce lien précieux qui ne cesse de grandir entre eux.


Avis :

Une île est un savant mélange entre Love Story et Lost, avec un soupçon de The graduate. Autant dire que, avec un sujet aussi casse-gueule, le lecteur peut s’attendre à tout. Tracey Garvis Graves s’en sort plutôt bien et propose une mignonne petite histoire d’amour au final bien proprette.
Il y a, selon moi, deux choses bien distinctes au sein du roman : la romance et la survie. Si, pour le premier point, l’auteur s’en sort bien, évite le graveleux et réussit à insuffler plus de maturité à son personnage masculin (il n’a que seize sans au début du livre), et à donner du sens ainsi qu'un un goût de vérité à la relation qui unit T.J. et Anna.
Sur le plan de la survie, j’ai levé les yeux au ciel à de nombreuses reprises (j’ai vu toutes les saisons de Koh-Lanta, on ne me la fait pas, à moi !). Nos héros ont beaucoup de chance et bénéficient d’heureux hasards, il faut le reconnaître, et du coup cette partie semble artificielle, ce qui est un peu dommage (d’autant que c’est peut-être celle qui m’aurait le plus intéressée à vrai dire, même si je sais qu’il s’agit d’une romance, à la base).

Bref… Pour ce qui est de l’histoire d’amour, nul doute que les amateurs du genre trouveront leur compte, et c’est bien là le plus important.

2 commentaires:

  1. J'ai tellement lu de billets qui disaient que ce livre étaient un chef d'oeuvre que je suis contente de lire un billet plus nuancé, qui mettra moins la pression si je décide de le lire ^^
    Des bisous Miss Chani,
    Cajou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je n'avais lu que des chroniques dithyrambiques, peut-être que j'ai été un peu déçue à cause de la différence entre ce que j'attendais et ce que j'ai trouvé ;)

      Supprimer