lundi 17 mars 2014

Séduis-moi si tu peux, Jennifer Crusie

Résumé :

Calvin Morrisey ne parie que s'il est sûr de gagner. Mais rien n'est joué à l'issue du dîner avec Minerva Dobbs, bien décidée à fuir les séducteurs. Les deux célibataires que tout oppose décident de limiter les dégâts et de ne pas se revoir. Mais le destin en a décidé autrement... Ensemble, ils devront déjouer la théorie du chaos, faire face à une psychologue peu commode, à un chat à l'intelligence inquiétante, et à d'autres enjeux bien plus risqués que tout ce qu'ils avaient pu imaginer. Le plus grand d'entre tous : accepter de croire au grand amour.


Avis :

À ma droite, Calvin Morrisey, un concentré de beauté virile gonflé à la testostérone, séducteur en série et phobique de l’engagement. À ma gauche, Minerva Dobbs, trentenaire toute en rondeurs, fraîchement larguée par un mufle doublé d’un idiot, phobique des glucides et des graisses. Dans les coulisses, Cynthia et David les ex des deux protagonistes. Suite à un pari (stupide), Cal et Min vont se rencontrer, se confronter, et plus si affinités.

Stop aux romances avec des héros tous deux beaux comme des dieux, place à la cruelle réalité d’une jeune femme ronde et complexée, qui va voir son intelligence et son charme triompher, et sa personnalité s’épanouir. Et ça fait du bien, quelle femme n’a jamais levé les yeux au ciel devant les personnages de romance à la plastique parfaite ? Pour une fois, c’est une femme normale qui va, contre toute attente, éclipser celles à la taille mannequin. Avec beaucoup d’humour, Jennifer Crusie livre les péripéties de ce couple improbable, entouré d’une galerie de seconds rôles déjantés et savoureux. Entre la mère tyrannique, l’ex machiavélique, les copines surprotectrices  et la psychologue, spécialisée dans les relations de couple, complètement à côté de la plaque, le lecteur ne peut que se régaler d’un bout à l’autre de sa lecture. Séduis-moi si tu peux sort de la routine habituelle de ce genre d’histoire et propose une histoire fraîche, pétillante et drôle, difficile à lâcher, que je vous recommande chaudement.


2 commentaires: