lundi 19 mai 2014

Le Demi-Monde - Printemps, Rod Rees

Résumé :

Entrez dans le monde virtuel le plus perfectionné jamais conçu, et le plus mortel ! Les ombres étendent leur emprise sur le Demi-Monde. Les soldats de Heydrich défilent au pas de l'oie dans les rues de Paris, Lilith, déesse maléfique venue du fond des âges, s'est réveillée, et Norma Williams n'a d'autre choix que de prendre la tête de la résistance. Perdue dans ce cauchemar virtuel, écrasée par les terribles responsabilités qui pèsent, sur ses frêles épaules, elle ne peut même pas compter sur ceux qu'elle croyait être ses amis, mais qui l'ont trahi. Pour triompher de la folie du Demi-Monde, elle doit se dépasser, ou périr.


Avis :

Le Demi-Monde est un univers virtuel destiné à entraîner les forces US. Créé pour que les tensions entre les habitants soient à leur paroxysme (surpopulation, conditions de vie insupportables, dictatures…), des personnages historiques aussi terrifiants ou dangereux que Staline ou Robespierre ont été intégrés à la simulation pour pimenter le tout. Dans le premier opus, Norma Williams, la fille du Président des États-Unis, avait été kidnappée et envoyée dans le Demi-Monde, et Ella Thomas avait été envoyée pour la sauver. Mission accomplie, avant que Norma ne soit de nouveau capturée, et remplacée dans le monde réel par la fille d’un dictateur du monde virtuel.

Si le premier tome avait été palpitant et addictif grâce à l’univers créé par l’auteur et son imagination débordante (et machiavélique), Printemps prend une tournure assez déconcertante. Dès le départ, le lecteur est appâté par la révélation des créateurs du Demi-Monde : les Grigoris. Leur but ? Mettre en place la « solution finale » dans l’ensemble du monde virtuel. Ce qui paraît prometteur de prime abord va s’avérer en fait très obscur et brouillon. D’ailleurs, brouillon est l’adjectif qui résume le mieux ce second opus. Le lecteur est déboussolé par les changements de cap pris dans l’intrigue. Si le premier tome semblait pointer vers un objectif clairement identifié, Printemps donne l’impression de partir dans tous les sens, avec une grosse part mystique, sortie de nulle part, qui est bien compliquée et peu passionnante en réalité. Le personnage d’Ella Thomas se perd aussi, son évolution est trop brusque et pas vraiment justifiée. Et c’est  tout le problème, au fil de la lecture se succèderont des passages trop longs et peu intéressants, alors que l’auteur va passer en mode « hyper vitesse » pour d’autres et prendre des raccourcis là où on aurait aimé plus de développements.

Ce deuxième tome de Demi-Monde s’est avéré un poil décevant, surtout au regard de mon engouement à la lecture du premier, mais j’espère que l’auteur a juste voulu poser (assez maladroitement) ses pions pour la partie suivante, qui, elle, saura retrouver un réel intérêt et une certaine continuité dans l’intrigue.


4 commentaires:

  1. J'avais déjà été déçue par le 1er, et avais décidé de passer mon chemin pour la suite, tu me confortes dans mon idée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que si tu n'as pas vraiment aimé le premier, passe ton chemin ;)

      Supprimer
  2. Oh :( Tu confirmes mes doutes. En plus de Lune, Carole de My inner shelf avait été elle aussi enchantée par le premier tome et très déçue par le deuxième. Tu vas quand même lire la suite ? Si oui, je compte sur toi pour chroniquer. Je ne me plongerai pas dedans avant d'avoir un retour :D (vrai de vrai, je n'aime pas être déçue (normal, non ? :P ))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement j'hésite à lire la suite... Mais si je le fais, il y aura chronique, promis ;)

      Supprimer