jeudi 10 juillet 2014

Game, Barry Lyga


Résumé :

Dans I Hunt Killers, Jazz Dent, le fils du serial killer Billy Dent, voulait prouver au reste du monde qu'il n'avait rien à voir avec son illustre père, allant jusqu'à traquer un tueur en série sévissant dans la région. Seul problème : Jazz pourrait bien avoir permis à son père de s'évader de prison...
Plutôt que d'attendre que Billy vienne le chercher, Jazz préfère accepter la proposition d'un enquêteur venu de New York. La police est sur les traces d'un serial killer et l'expertise de Jazz dans le domaine serait la bienvenue. Mais plus d'un tueur l'attend dans les rues de New York...


Avis :

Après avoir aidé à arrêter le tueur qui sévissait à Lobo’s Nod, Jasper « Jazz » Dent, fils du tristement célèbre serial killer Billy Dent, a toujours du mal à se libérer de ses démons. Traumatisé à l’idée de devenir comme son père à cause de l’endoctrinement qu’il a subi durant son enfance, Jazz a toujours besoin de se prouver qu’il est quelqu’un de bien et non un psychopathe en devenir. Surtout que le jeune homme pense avoir participé, bien malgré lui, à l’évasion de son père. Quand la police de New York lui demande son aide, Jazz n’hésite pas une seconde et part traquer le sinistre Hat-Dog.


Après I hunt killers, Barry Lyga offre avec Game une suite tout aussi soignée et haletante. Plusieurs tueurs sèment la terreur dans New York et Jazz va les prendre en chasse, à moins qu’il ne soit qu’un nouveau joueur dans la sanglante partie en cours. Billy pourrait d’ailleurs bien y avoir sa place aussi, tout comme Connie, la petite amie de Jazz. Si le fait qu’un jeune homme de dix-sept ans puisse être recruté par la police pour donner son éclairage sur une série de crimes peut faire tiquer, le lecteur est rapidement conquis par la personnalité complexe de Jazz et l’habileté avec laquelle l’intrigue est menée. Barry Lyga brouille les pistes et mène le lecteur par le bout du nez, les fausses pistes se multiplient, on pense deviner l’identité du coupable avant que nos hypothèses ne s’effondrent, bref, on ne peut jamais être sûr de rien et c’est justement ce qui est jouissif. La fin est on ne peut plus frustrante, il va être difficile d’attendre la suite !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire