jeudi 17 juillet 2014

Genius Wars, Catherine Jinks

Résumé :

Âgé de seulement quinze ans, Cadel Piggott a l’impression d’avoir déjà eu une centaine de vies. Adopté dès sa naissance, il découvre un jour que sa famille adoptive est factice et ne sert que d’écran à son père, l’ennemi public numéro1, sous les verrous depuis de longues années. Le secret éventé, il tombe sous la houlette du mystérieux Prosper English, homme de main de son père, chargé de développer les talents... spéciaux du jeune garçon.
Au programme? Systèmes de sécurité, espionnage, piratage informatique... Quand il parvient à échapper à l’emprise de ce mauvais génie, Cadel tente de mener une vie normale.
Aujourd’hui, Cadel vit avec une famille d’accueil, en passe de l’adopter définitivement. Avec quelques-uns de ses brillants acolytes de l’Institut Axis, il est entré à l’université. Ces derniers temps, son génie informatique lui sert surtout à aider sa meilleure amie, la super Sonia, qui ne se déplace qu’à l’aide de son fauteuil électrique. Mais ses vieux démons ne sont pas si loin, et il est facile de se perdre dans les rouages de la technologie...


Avis :

Enfin débarrassé de Prosper English, Cadel Piggott essaye de mener une existence paisible, loin de la vie trépidante mais dangereuse qu’il a vécue il y a quelques années. Entré à l’université, il n’aspire qu’à être adopté définitivement par sa famille d’accueil et à aider son amie de toujours, Sonia. Mais ce serait trop simple, Cadel va voir son passé le rattraper et il sera obligé de renouer avec des choses qu’il aurait préféré oublier.


Près de trois ans se sont écoulés entre la sortie du deuxième tome et celui-ci, autant dire qu’au départ j’ai eu un peu de mal à me remettre dans l’ambiance. Heureusement, Catherine Jinks émaille le récit de petits rappels, ouf je suis sauvée. C’est un Cadel assagi, plus mûr d’apparence que nous retrouvons. Il semble avoir trouvé son équilibre entre sa nouvelle famille et son amie Sonia. Mais le pauvre a un karma un peu pourri et c’est l’occasion pour l’auteur de malmener de nouveau son héros, pour le plus grand plaisir du lecteur. J’ai beaucoup aimé suivre les aventures du jeune homme ; pas de temps mort, de l’action et une galerie de personnages secondaires qu’il est bon de retrouver une nouvelle fois. La narration est fluide et accrocheuse, l’auteur nous emporte de la première à la dernière page. C’est sur une note très positive que ce termine la trilogie de Cadel Piggott, mais je verrais bien une suite de ses aventures à l’âge adulte, je suis sûre que l’auteur peut continuer à faire vivre et évoluer ce personnage.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire