vendredi 11 juillet 2014

Le cercle de pierre T4 - Les tambours de l'automne, Diana Gabaldon

Résumé :

Échoués sur les rivages de la Caroline du Sud en l'an de grâce 1767, Claire et Jamie Fraser, les voyageurs du temps, se lancent à la découverte de l'Amérique coloniale à l'aube de la guerre de l'Indépendance. La vie leur appartient désormais, puisqu’ils croient Brianna, leur fille, en sécurité dans le futur. Ils prennent un nouveau départ avec un groupe d'Ecossais exilés au Nouveau Monde pour fuir l'oppression de la Couronne anglaise. Mais l'Histoire n'épargne personne... [Résumé tronqué par mes soins, trop de spoilers.]


Avis :

/// Ne lisez pas la suite si vous n’avez pas lu les tomes précédents \\\


J’avais laissé Claire et Jamie échoués sur les côtes américaines à la fin du troisième tome, Le voyage, et je n’ai pas pu résister très longtemps à l’envie de découvrir leurs aventures dans le Nouveau Monde. Une fois de plus, nos héros vont devoir repartir de zéro, s’adapter et s’établir cette fois dans les colonies. Heureusement, la tante de Jamie a déjà émigré en Caroline du Nord et dirige une plantation. Ce sera la première étape du roman, avant que le fier écossais ne décide d’en repartir afin de se construire son propre avenir.

Mais que j’aime cette série ! Encore une fois, Diana Gabaldon réussit à capter l’attention du lecteur du début à la fin, sans que la lassitude s’installe. Peut-être un peu moins d’action dans cet opus, le couple Fraser doit se réinventer sur une terre étrangère et l’auteur donne une grosse place à leur quotidien. Là où l’on ne peut que louer sa qualité d’écriture, c’est qu’elle arrive à rendre une simple partie de pêche à la truite plus captivante que certaines scènes de batailles, se voulant pourtant épiques, chez d’autres écrivains. Mais, ne vous y trompez pas, les péripéties et les rebondissements ne manquent pas, la découverte du Nouveau Monde n’est pas de tout repos, certains évènements m’ont surprise, d’autres ravie, et j’ai eu aussi mon lot de peines. Les tambours de l’automne permet aussi de faire plus ample connaissance avec Brianna, et son fort caractère (cette petite a de qui tenir !), et Roger Wakefield, un couple que j’aime beaucoup et qu’il sera intéressant de suivre par la suite. Seul petit bémol, l’Écosse m’a un peu manqué, même si j’ai adoré découvrir la vie des colons, la cohabitation avec les indiens.


En résumé, mon intérêt pour la série de Diana Gabaldon ne décroît pas, j’ai même envie de découvrir le spin off centré sur lord John Grey, je suis fichue !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire