mercredi 24 septembre 2014

C'est pas grave, Jo Hoestlandt

Résumé :

"Chloé a 14 ans. Avec sa vie d'ado qu'elle conjugue au jour le jour. Je, c'est elle, le jour où elle explose contre sa mère, avec des mots qui font mal, à celle qui les entend, mais aussi à celle qui les prononce. Tu, c’est Mathis, son petit copain qui ne veut plus d'elle. Première rupture. Il, c’est son père, parti si tôt de la maison, qui n’a pas accompagné toute son enfance et qui essaie de se racheter, bien maladroitement. Elle, c’est la version parfaite de Chloé, celle qu’elle voudrait être, la créature de rêve des magazines, mystérieuse et hautaine. On, c’est une histoire d’amitié entre Liza et Chloé. Une histoire si forte qu’elle en est devenue fraternelle, mais qui s’est brisée, à cause de Mathis, justement. Nous, c’est elle et sa grand-mère, un dialogue entre deux générations, une grand-mère qui dit à Chloé ce que sa mère n'a jamais pu, ou su, lui dire. Vous, c’est ce prof d’histoire passionné et passionnant, qui l’intéresse au monde et qui la valorise. Ils, c’est toutes ces personnes qui parlent à la télé ou dans sa classe. Ceux qui pensent tout savoir et pouvoir répondre aux besoins de Chloé et de son entourage. Ceux qui sont loin mais se croient près. Elles, ce sont les filles de l’autre côté de la rue. Celles qui se croient supérieures, celles qui sont riches. »


Avis :


Composé de plusieurs scénettes mettant en avant les différents acteurs de la vie de Chloé, 14 ans, C’est pas grave est un roman jeunesse sans véritable histoire, seulement le mal-être de son héroïne comme fil conducteur. La scène d’ouverture est très réussie et assez terrifiante, le conflit entre la jeune fille et sa mère prend vie au fil des lignes et secoue le lecteur. Quand on est maman d’une fille du même âge, on prie pour ne jamais déraper comme la mère de Chloé et pour que son enfant ne passe pas du côté obscur comme l’héroïne, j’avoue avoir été très marquée personnellement. Mais ensuite, on s’aperçoit rapidement que Chloé est un concentré de négativisme doublé d’une chieuse insupportable et capricieuse. Rien ne va, personne ne lui convient, que ce soit son petit ami (qui finit par la larguer), ses amies, son père… la liste est longue. Et moi, cette gamine m’a gonflée. Les tourments de l’adolescence je veux bien les comprendre, mais il y a un moment où ma patience a des limites. Une soupe et au lit, privée de sorties pendant un mois, c’est tout ce que Chloé mérite !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire