lundi 13 octobre 2014

Wild cards, George R. R. Martin

Résumé :

En 1946, un virus extraterrestre a frappé le monde et décimé 90 % de la population. Certains des survivants ont cependant acquis des pouvoirs surnaturels. Le XXe siècle s'en retrouve totalement modifié.


Avis :

Qu’est-ce que Wild cards ? Si je pose la question, c’est que ce n’est pas un roman au sens traditionnel du terme. En effet, le livre publié par les éditions J’ai lu est en fait une saga composée de nouvelles écrites par différents auteurs et non le fruit de la plume unique du Papa du Tône de fer. La saga originale a été commencée en 1987, comporte 21 volumes et est toujours en cours. Je ne me lancerai pas dans le rapprochement entre les volumes originaux et leur correspondance avec le livre dont nous parlons aujourd’hui, mais tout ce que je sais c’est que ce livre ne recense pas l’intégralité de l’œuvre, loin de là.

Maintenant, de quoi s’agit-il ? Eh bien Wild cards est en fait une série de superhéros. Après la mort de 90% de la population à cause d’un virus extraterrestre, les survivants se sont vus attribuer des cartes déterminant leur avenir : monstres ou superhéros. Mais on est très loin des Avengers. Georges RR Martin (and friends) n’aime pas que ses personnages soient blancs ou noirs et s’applique à leur donner une complexité, une profondeur parfois déroutante par rapport à ce que nous avons considéré comme acquis pour ce genre de personnages. Comme toute bonne uchronie, Wild cards incorpore des personnages historiques à la fiction, avec quelques-uns particulièrement savoureux. Quant au style, il faut souligner la cohérence du récit malgré la multiplicité des auteurs, la fluidité de la narration.

Atypique et fascinant, inventif et truculent Wild cards offre une autre vision de ses personnages que sont les superhéros. Ayez la curiosité de tenter l’aventure…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire