jeudi 28 mai 2015

The Book of Ivy T1, Amy Engel

Résumé :

Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? À la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple. Cette année, mon tour est venu. Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l'enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ?


Avis :

Roman lancé à grand renfort de publicité par les éditions Lumen, ma curiosité était éveillée. J’avais envie de lire The Book of Ivy et, en même temps, je craignais d’être très déçue, trop d’attentes sont souvent déçues. J’ai terminé le roman cette nuit aux alentours de deux heures, il était inconcevable que je m’endorme sans connaître la fin, c’est dire si j’ai aimé ce livre (et si je suis fatiguée ce matin !).

Dans un monde où une poignée de survivants a échappé à l’apocalypse, deux factions se sont disputées le pouvoir. Les Lattimer ont gagné tandis que les Westfall ont dû se contenter du titre honorifique de fondateurs. Dans cette société où la paix et l’accroissement de la population restent les principales préoccupations, les mariages sont arrangés et mêlent systématiquement les enfants des partisans des deux camps. Ainsi, Ivy Westfall, petite fille du Fondateur, se retrouve mariée à Bishop Lattimer, le fils du Président. Loin de l’enthousiasmer, cette union ne sera pour Ivy que l’occasion de renverser le pouvoir en place et de redonner à sa famille l’importance qu’elle mérite, en tuant son mari par la même occasion…

Voilà un livre qui n’a pas usurpé l’engouement qu’il suscite ! The Book of Ivy nous emporte dans son tourbillon, le lecteur s’attache facilement à la farouche Ivy qui rêve de liberté quand toute son existence n’est que préjugés et manipulation. Bishop se révèle loin de l’idée que la jeune fille se faisait de lui, plus mûr et réfléchi que sa jeune épouse, il a un regard plus lucide sur le monde dans lequel il vit, même si son statut de fils du Président le contraint à un minimum de réserve. Le jeune couple va apprendre à se découvrir et Ivy se retrouvera coincée entre sa loyauté à sa famille et les sentiments qu’elle commence à éprouver envers son mari. Toutes ses convictions vont s’effondrer et la charge confiée, bien trop lourde à porter pour ses jeunes épaules, va l’obliger à prendre des décisions qui pourront s’avérer dramatiques, quel que soit son choix, faisant monter la tension au fil des pages. La fin arrive trop vite et laisse le lecteur sur sa faim, tellement elle prend aux tripes.

Ce roman est totalement addictif, en plus d’être intelligent, c’est une dystopie originale que je vous recommande chaudement.



2 commentaires:

  1. J'ai beau chercher, je n'arrive pas à comprendre l'engouement que suscite ce livre... il est plutôt sympa, mais je n'ai pas réussi à le trouver addictif et pourtant, je suis bon public (la preuve avec Demonica, hein :p)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pourtant assez difficile dans le genre, mais là j'ai vraiment été séduite ^^

      Supprimer