mardi 23 juin 2015

Outlander - Saison 01




Résumé :

Les aventures de Claire, une infirmière de guerre mariée qui se retrouve accidentellement propulsée en pleine campagne écossaise de 1743. Elle se retrouve alors mêlée à des histoires de propriétés et d'espionnage qui la poussent à prendre la fuite et menacent sa vie. Elle est alors forcée d'épouser Jamie, un jeune guerrier écossais passionné qui s'enflamme pour elle et la conduit à être déchirée entre fidélité et désir, étant partagée entre deux hommes dramatiquement opposés et deux vies irréconciliables.


Avis :

Est-ce que je reviens sur l’histoire ou bien on passe directement à mon avis ? Bon, on va partir du principe que vous connaissez un peu Claire Randall et Jamie Fraser, gagnons du temps mes amis !

Adaptation télévisée d’une série qui a des fans par milliers, l’Outlander de Ronald D. Moore était très attendu, et il avait intérêt à roxxer du poney à paillettes parce qu’on ne fait pas n’importe quoi avec une saga livresque autant aimée. Et les fans n’ont pas été déçus, le résultat est à la hauteur de leurs attentes. Les paysages, décors et costumes sont somptueux, que ce soit l’Inverness de l’après-guerre ou les Highlands du XVIIIè siècle. L’intrigue est bien respectée, même si quelques distances ont été prises en fin de saison avec la chronologie originelle. Mais, bien sûr, la grosse réussite de cette série tient en son casting. Il ne fallait pas se rater dans le choix de l’acteur incarnant Jamie Fraser, et Sam Heughan est juste parfait, son physique en fait soupirer plus d’une et son accent écossais donne envie qu’il vienne nous chuchoter à l’oreille en gaélique. Mais je m’égare, il n’est pas le seul à endosser son rôle à la perfection. Tobias Menzies est un excellent acteur qui a donné vie à « Black Jack » Randall avec tant de réalisme que le pauvre se fait maintenant insulter dans la rue. Graham McTavish campe un séduisant et redoutable Dougal MacKenzie, Duncan Lacroix est le Murtagh que j’imaginais, Laoghaire est aussi détestable que dans le livre sous les traits de Nell Hudson. Seule absente de mon inventaire des personnages, Catriona Balfe, aka Claire Beauchamps/Randall/Fraser, qui, physiquement, ne correspond pas à la description faite par Daiana Gabaldon. Trop grande, trop maigre, les yeux bleus, j’ai été très déçue en découvrant le choix de l’interprète. Néanmoins, le jeu de l’actrice est bon et finit peu à peu, au fil des épisodes, à effacer mon a priori.

Fans du livre, vous ne serez pas déçus, faites-moi confiance. Pour ceux qui ne connaîtraient ni la série livresque ni la télévisuelle, mais qu’attendez-vous ??



2 commentaires:

  1. Vraiment un excellente saison! Vivement la suite.
    Cette série est d'une violence folle par moments, je pense que certaines personnes peuvent avoir du mal, surtout avec le dernier épisode. J'aime ce côté cru et violent, ça fait pas semblant, on voit bien toute l'horreur de l'époque.
    Décors grandioses.
    Bref, je confirme, à voir absolument.

    Au passage, en tant que garçon, si d'autres passent par ici, si vous aimez les filles, il y a de quoi avoir aussi les yeux qui pétillent ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Niveau violence, ça retranscrit bien ce qui est relaté dans le livre. Pas de compromis avec l'époque, on est loin de la romance choupilol ;)

      Supprimer