vendredi 3 juillet 2015

In the end, Demitria Lunetta

Résumé :

Voilà trois mois qu'Amy a fui New Hope pour échapper au diabolique docteur Reynolds. Grâce à l'équipement de Gardienne que lui a fourni Kay et à l'émetteur sonique qui éloigne les créatures, elle survit tant bien que mal dans les étendues désertiques du Texas. Jusqu'au jour où une voix lui parvient à travers l'oreillette qui la relie encore à ses anciens camarades : Baby, restée à New Hope, est en danger. Amy n'a pas le choix. Si elle veut sauver sa sœur d'adoption, il va lui falloir se rendre à Fort Black, là où d'autres survivants se sont rassemblés et vivent selon la loi du plus fort. Dans cette véritable jungle, la jeune fille va tout faire pour retrouver Ken, le frère de Kay, seul capable de l'aider à secourir Baby. Assistée de Jacks, le neveu du dirigeant de Fort Black, la jeune fille finit par en apprendre un peu plus sur l'invasion des Floraes... Une vérité qui s'avère plus cauchemardesque encore qu'elle ne le croyait !



Avis :

Amy a dû fuir New Hope pour regagner Fort Black, laissant Baby derrière elle. Arrivée à destination, la jeune fille se rend compte que l’ancien pénitencier est différent du faux Eden qu’elle a quitté, mais pas plus sûr, bien au contraire. La loi du plus fort y est la règle et les femmes sont envisagées comme des objets rares donc précieux, qui sont en danger sans protecteur. Amy va devoir, une nouvelle fois, s’adapter si elle veut survivre.

Plus dur et révoltant que le premier opus, In the End pousse encore davantage la réflexion de l’auteur sur le potentiel de nuisances de l’homme. Si les Floraes étaient clairement identifiés comme la menace dans In the After, c’est ici l’être humain qui est dangereux (L’homme est un loup pour l’homme). Comme souvent en post-apo, la réorganisation de la civilisation ne se fait pas sur les bases que nous pourrions espérer, loin de là. Le lecteur va suivre Amy dans sa recherche d’aide, qui va au final déboucher sur la quête de la vérité entière. Si cette suite (et fin) est un peu en-dessous du premier tome, elle n’en reste pas moins haletante. L’auteur a réussi à créer un univers immersif et angoissant dans lequel le lecteur progresse au rythme de la jeune héroïne, la tension et l’inquiétude le gagnant lui aussi. Je vous recommande vivement ce diptyque qui vous fera passer une ou deux nuits très courtes tant il est prenant.





2 commentaires:

  1. Je te rejoins sur ton avis. Il était limite dérangeant. Je préfère les vilaines bébêtes à la nature de l'être humain...

    RépondreSupprimer