jeudi 5 novembre 2015

Ma raison d'espérer, Rebecca Donovan

Résumé :

"Tu es le sens de ma vie, la raison de chacun de mes actes. Et je ne changerai ça pour rien au monde. " Emma commence doucement à réapprendre à vivre aux côtés d'Evan et de Sara. Hantée par des cauchemars terribles, elle décide de donner une seconde chance à sa mère, qui l'a abandonnée, espérant trouver un sens à sa souffrance. Mais elle doit aussi affronter le regard des autres : ceux qui s'en veulent de ne pas l'avoir soutenue, ceux qui la jugent mais aussi ceux qui, surgissant de son passé, ont encore bien des révélations à faire sur sa vie d'avant...



Avis :

J’avais adoré le premier tome qui m’avait vraiment secouée, j’avais donc hâte, mais aussi un peu peur, de me jeter sur le deuxième. Même s’il est un peu moins intense, je n’ai absolument pas été déçue.

Libérée de Carol, Emma est partie vivre chez Sara dont les parents sont devenus ses tuteurs. La jeune fille pourrait couler des jours paisibles chez son amie, mais non, elle décide de renouer avec sa mère qui l’a abandonnée aux « bons soins » de son frère et de sa folle de femme. Mère et fille vont devoir s’apprivoiser, apprendre à se connaître, ce qui est déjà compliqué en soi, mais Emma va devoir gérer la gamine instable qu’est sa mère, sans compter son « léger » problème avec l’alcool. Aidée du petit ami de sa génitrice, Emma va encore affronter de nombreuses épreuves bien trop lourdes pour ses épaules, qui vont rouvrir de vieilles blessures.

Sérieusement, qu’a fait Emma pour mériter tout ça ?! Maltraitée, la voilà qui se jette dans les griffes de sa mère alcoolique et blessante. On retrouve le sens du sacrifice de la jeune fille et on ne peut s’empêcher de constater qu’elle a un grand sens de l’abnégation ou une forte tendance au masochisme. Ainsi, on s’indigne en lisant le comportement de cette femme qui n’a rien d’une mère, sentiment exacerbé, je pense, quand on est soi-même maman. On ne peut qu’éprouver beaucoup d’empathie pour Emma, malgré les choix qu’elle fait qui sont très agaçants de prime abord. Rebecca Donovan arrive néanmoins à rendre l’ensemble crédible et joue sur la corde sensible sans sombrer dans le pathos. La fin est par contre complètement injuste, j’espère que le troisième tome viendra vite.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire