lundi 2 novembre 2015

Zombi, Joyce Carol Oates

Résumé :

Il pose bien un peu problème à ses parents, mais ni l'un ni l'autre ne croient à l'accusation d'agression sexuelle sur un mineur dont il est l'objet. Il est un cas pour le psychiatre-expert auprès des tribunaux chargé de le suivre, qui se sent néanmoins encouragé par la nature toujours plus positive de ses rêves et sa franchise à en discuter. Il est le plus exquis des garçons pour sa riche grand-mère incapable de lui refuser quoi que ce soit. Il est le plus vrai et le plus terrifiant des tueurs-psychopathes jamais imaginés dans un roman dont on se demande par instants comment l'auteur a pu trouver les mots pour l'écrire.



Avis :

Q. P. a la trentaine, une inculpation pour violences sur mineur à son actif, des parents riches et aimants et une obsession : créer un zombie qui obéira à ses moindres désirs. Plutôt simple d’esprit mais déterminé, Q. P. se met en quête de candidats pour son projet, tout en affectant une attitude posée de fils idéal, dévoué et repentant pour ses actes passés.

Je ne sais pas si j’ai apprécié le talent de l’auteur ou si j’ai détesté le livre dans son intégralité, mais une chose est sûre : j’ai détesté lire ce roman. Glauque, malsain, violent, cru, j’ai eu l’impression que la noirceur du roman coulait du livre au fil des pages, me laissant les doigts gluants et une légère nausée. On peut louer le talent de l’auteur pour la force de sa description de cet être purement malfaisant qu’est Q. P. et sa capacité à nous faire partager ses pensées. Sauf que les pensées du jeune homme sont franchement dégueulasses (oui, un gros mot, pas bien), j’avais hâte d’en finir, de laisser ce malade derrière moi et derrière les barreaux si possible. Ce n’est pas la première fois, et de loin, qu’un roman ouvre la psychologie d’un tueur psychotique, et d’habitude je lis cela avec beaucoup de détachement, mais, là, la plume de l’auteur fait la différence, instaurant rapidement un sentiment de malaise.

Je ne sais pas comment conclure cet avis. Lisez ce livre pour vous faire votre opinion, où ne le lisez pas, faites comme vous le sentez, mais une chose est sûre, personnellement je ne le lirai pas une seconde fois. D’ailleurs, j’ai même envie de doucement l’oublier…


2 commentaires:

  1. Ah pareil ! En voyant le titre, je me suis dit que ça me disait quelque chose. Bein voui le l'ai lu, mais je crois qu'il fait partie de ceux que j'ai oublier. J'ai dû relire mon avis pour mieux m'en rappeler. Mais ça ne me manquait pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'oublier, c'est tout ce que je souhaite :P

      Supprimer