mardi 29 décembre 2015

Manuel de survie à l'apocalypse zombie [Film]



Synopsis :

Trois scouts, amis depuis toujours, s’allient avec une serveuse badass pour devenir l’équipe de héros la plus improbable qu’il soit. Quand leur paisible ville est ravagée par une invasion de zombies, ils vont devoir se battre pour survivre et mettre leurs compétences de scouts à profit pour sauver l’humanité des zombies.



Avis :

Mettons-nous bien d’accord, avec un tel pitch je ne m’attendais pas à un film d’auteur profond, doublé d’une réflexion engagée sur le symbolisme de la non-vie après la mort. Non, je voulais juste enrichir ma culture zombiesque d’un film sans nul doute léger, à l’humour potache voire un peu lourd, et éventuellement me divertir. Quand, après dix minutes de film, cette réplique fuse : « Qu’est-ce que je vous sers ? La bite, mais pas trop fort ! », je me suis dit que ce nanar de seconde zone allait sans doute être lourd, mais lourd…


L’idée de base est plutôt classique : un labo dans lequel une faille dans le dispositif de sûreté transforme tout le monde en zombies, des morts-vivants s’échappent (forcément) et une petite ville se voit transformé en zombieland. Trois ados (et scouts) vont affronter l’épidémie, avec l’aide d’une jolie serveuse. Le spectateur se doute que ça ne va pas voler bien haut, mais ça peut être distrayant. Et, très rapidement, il va se rendre compte que c’est surtout bien lourdingue. Les scénaristes ne manquent pas d’idées, entre le chef scout fan de Dolly Parton, le cerf zombie, le zombie lap dance ou la tentative d’amadouer un zombie en lui chantant du Britney Spears (Oh baby, baby, How was I supposed to know, That something wasn't right here), il y a de la recherche, même si je ne suis pas sûre que ce soit très positif. À côté de ça, la prod ne lésine pas sur le faux sang, on en a pour notre argent, les zombies ne sont pas trop mal et on y croit (sauf quand ils chantent du Britney). La fin est bien sûr très convenue, les gentils ados sauvent leur ville, gagnent en maturité (nan, je déconne) et ça se termine avec une happy end. Franchement dispensable, ne perdez pas une heure et demi de votre vie avec ce film, je l’ai fait pour vous…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire