vendredi 19 février 2016

Am stram gram, M. J. Arlidge

Résumé :

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d'une piscine vide dont il est impossible de s'échapper. À côté d'eux, un pistolet chargé d'une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : " Vous devez tuer pour vivre. " Les jours passent, la faim et la soif s'intensifient, l'angoisse monte. Jusqu'à l'issue fatale. Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n'avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire. Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe. Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.


Avis :

Un serial killer aux méthodes peu communes : enlever et séquestrer deux personnes qui se connaissent, les laisser sans eau ni nourriture et ne leur donner comme échappatoire que de rendre sa liberté à celui qui tuera son compagnon d’infortune. Sinon, c’est la mort assurée pour les deux. Le commandant Helen Grace est chargée de cette enquête qui va l’amener bien plus loin que ce qu’elle peut imaginer.


Très prenant, Am stram gram donne le ton dès les premières pages. Les meurtres font froid dans le dos et l’enquête va prendre la forme d’une course contre la montre. Le rythme est haletant, sans temps mort, alternant des chapitres sur l’enquête, les scènes de crime ou un mystérieux récit dont on ne sait qui est le narrateur. L’ensemble est efficace et nerveux, le livre est difficile à reposer. À côté de ça, quelques clichés, comme le flic perdu, borderline et alcoolique, ou l’héroïne forte mais blessée, cachant un passé douloureux, qui feront tiquer le lecteur habitué à ce genre de romans, mais ne gâchent pas non plus la lecture. Les personnages n’en sont pas moins attachants, même si j’ai eu un peu de mal à comprendre Helen, dont la psychologie complexe et la personnalité assez froide n’aide pas à l’apprécier de prime abord. M. J. Arlidge signe ici un premier roman diablement efficace qui n’a rien à envier aux grandes plumes du polar et qui fera le bonheur des amateurs de thrillers. 


4 commentaires:

  1. Yeah, j'ai aimé comme toi, malgré les petits défauts :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois bien que c'est grâce (ou à cause ? ^^) de toi que je l'ai lu ;)

      Supprimer
  2. J'ai bien aimé aussi, malgré les petits défauts comme dit Cajou, c'est très prenant et ça se lit très vite...
    Dans le genre polar très prenant, il y a aussi "Les infâmes" de Jax Miller qui se dévore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le conseil, je vais regarder de suite :)

      Supprimer