lundi 8 février 2016

BAD - Amour interdit, Jay Crownover


Résumé :

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.
Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.


Avis :

Exit les bad boys de pacotille, Bax incarne le vrai mauvais garçon, vraiment dangereux, une première dans une romance en ce qui me concerne. Après cinq ans passés derrière les barreaux, il n’a qu’une idée, retrouver son (ex ?) meilleur ami Race pour tirer au clair ce qu’il s’est passé la nuit qui a fait basculer son existence. Sa quête va mettre sur son chemin Dovie, la sœur de Race, une douce jeune femme au caractère bien trempé qui n’a rien à voir avec le milieu de Bax. Les opposés s’attirant, Dovie va plonger dans l’univers dangereux de Bax et ce dernier trouvera peut-être en elle une forme de rédemption.


Avec ce titre, on est très loin des romances habituelles. Tout n’est pas rose. Loin de là, la ville de The Point est glauque et n’a rien d’un cadre de vie idyllique, Bax n’est pas le gendre idéal et Dovie n’est pas une héroïne guimauve. Jay Crownover dépoussière le genre et lui donne un nouveau souffle, même si le mythe du mauvais garçon un peu dangereux n’est pas nouveau, il est ici vraiment exploité, Bax n’est pas un ersatz de bad boy. Le roman est construit sur une alternance des points de vue de Bax et Dovie, permettant au lecteur d’être plongé au cœur des pensées des deux protagonistes et de leur univers propre. Les chapitres de Bax sont écrits comme il parle, mettant encore davantage en lumière la différence entre les jeunes gens. C’est, en revanche, un peu pénible pour le lecteur au bout de quelques chapitres, c’est le danger. Cela sonne plus « authentique » mais ne facilite pas la lecture. À la romance s’ajoute une petite intrigue sympathique à suivre, ce qui permet de ne pas se centrer uniquement sur les relations entre les personnages et leurs fêlures. L’ensemble est agréable à lire et permettra aux lectrices de romance de changer du cadre habituel avec un peu de piquant qui n’est pas désagréable.


1 commentaire:

  1. J'ai très envie de le lire mais il est clair qu'il ne fera pas parti des lectures prioritaires. Merci pour ton avis Chani :)

    RépondreSupprimer