jeudi 17 mars 2016

Archer's voice, Mia Sheridan

Résumé :

Quand Bree Prescott arrive dans la petite ville du Maine, elle espère y trouver la paix qu'elle recherche désespérément. Elle est là pour oublier le traumatisme qu'elle a subi dans sa ville natale et recommencer une nouvelle vie. Mais à peine installée dans sa nouvelle maison près du lac, elle va croiser Archer Hale, un homme solitaire et mystérieux, qui cache au fond de lui une profonde souffrance. Un homme que personne ne voit, un homme sans voix. 


Avis :

À ma droite, Archer Hale, jeune homme originaire de Pelion, mais vivant en ermite, ayant perdu sa voix à sept ans, lors d’un drame familial. Élevé par son oncle un peu barge, il est pris à tort pour l’idiot du village. À ma gauche, Bree Prescott, dont le père a été assassiné six mois plutôt tandis qu’elle échappait de peu à une tentative de viol. La jeune femme, en proie à un important stress post-traumatique, vient s’installer à Pelion pour tenter de se reconstruire. Les deux âmes cabossées vont de se trouver et s’aider à s’épanouir mutuellement.

Le canevas de cette romance est somme toute vu et revu, deux jeunes gens blessés qui vont se découvrir et se reconstruire l’un l’autre. Ici Archer souffre d’avoir vu sa famille voler en éclat et a perdu la voix lors d’un dramatique accident. Heureux hasard, le père de Bree était sourd et la jeune femme sait signer, ce qui va les rapprocher. Leur histoire est plutôt mignonne, même s’il manque un petit je ne sais quoi qui rend les romances addictives et un peu magiques. La première partie du roman se lit d’une traite, mais c’est après que ça se gâte. Le couple s’installe dans une certaine routine et le lecteur s’ennuie un peu. S’ajoute à cela un gros problème de vocabulaire lors des scènes de sexe, trop cru et vulgaire. Alors que l’auteur s’est appliqué à appuyer sur la sensibilité de ses personnages, le vocabulaire qu’ils utilisent lors des moments d’intimité ne colle pas avec leurs personnalités. Le lecteur a l’impression de basculer dans une romance érotique et ça ne cadre pas avec le reste. Autre point, j’ai fait une indigestion de « Archer, bébé ». Déjà je ne suis pas adepte du mot « bébé » comme mot doux, mais le fait qu’Archer essaye de s’émanciper et de se débrouiller seul, alors que Bree ne cesse de l’appeler « bébé », qui est plutôt infantilisant, j’ai trouvé que c’était très en contradiction tout cela. Je ne sais pas si les deux derniers points sont imputables à la traduction, mais ils m’ont vraiment dérangée.


L’ensemble se laisse lire, même si, personnellement, j’aurais volontiers arrêté le roman avant le dernier chapitre, ça aurait un peu changé, mais je suis loin d’être aussi enthousiaste que la majorité des avis que j’ai pu lire sur ce livre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire