jeudi 14 avril 2016

Confess, Colleen Hoover

Résumé :

Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne pensait. Elle n'a qu'une solution : s'éloigner d'Owen au plus vite. Mais la dernière chose que souhaite Owen, c'est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeurs que la vérité...


Avis :

À ma droite, Auburn, une jeune femme que la vie n’a pas épargnée (rien qu’à la lecture du prologue vous comprendrez). À ma gauche, Owen, jeune artiste dont le passé n’a pas été simple non plus. Leur histoire va commencer lors d’une expo de peintures du jeune homme, quand Auburn répond à son offre d’emploi…


Jolie romance pour Confess, dont le titre tient au fait qu’Owen peint les confessions déposées par des anonymes dans sa boîte aux lettres. J’avoue avoir tout de suite été séduite par ce concept, et le carnet central comportant certaines illustrations en couleurs est un vrai plus pour se transporter dans l’univers du roman. J’ai trouvé les toiles très jolies, je n’y connais rien en art, je ne peux me prononcer sur leur qualité, mais j’en ai aimé l’esthétisme. Fin de la parenthèse artistique, revenons à l’histoire entre Auburn et Owen. L’auteur y met beaucoup de tendresse, mais aussi d’humour, malgré leurs passés on arrive à sourire au fil du roman, même si leur parcours est semé d’embûches. Colleen Hoover ne ménage pas ses personnages, il y a beaucoup à découvrir sur eux, certains rebondissements sont faciles, mais d’autres complètement imprévisibles pour moi. Si Auburn est une jeune femme forte et attachante, Owen remporte la palme du petit ami parfait. Concernant ce dernier, il a fallu à plusieurs fois que je vérifie si j’avais bien lu son âge tant sa maturité est en décalage avec les vingt-et-un ans qu’il est censé avoir, on lui donne facilement cinq ans de plus. La sensualité n’est pas en reste, certaines scènes font grimper la température sans que ce soit trop non plus. Le style de Colleen Hoover est toujours aussi fluide, le roman se lit facilement et le lecteur rit, espère ou grince des dents pour les personnages, tout en leur souhaitant une fin heureuse. Sera-t-il exaucé ? C’est ce que vous découvrirez en succombant à Confess !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire