lundi 25 avril 2016

Rainbow Warriors, Ayerdhal

Résumé :

Geoff Tyler, général de division mis à la retraite sur requête du Bureau ovale, est sollicité pour une mission peu ordinaire. Il doit prendre la tête d'une armée privée financée par des célébrités de toutes obédiences. Objectif : renverser le dictateur d'un Etat africain et favoriser des élections en bonne et due forme. Ses moyens : l'argent n'est pas un problème. Son effectif : un encadrement d'une centaine de professionnels et 10 000 soldats dont il faut parfaire la formation. Jusqu'ici tout va bien. Il y a toutefois un détail... Cette armée est presque exclusivement constituée de LGBT, Lesbiennes, Gays, Bi, Trans.


Avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge SFFF et diversité pour combler les catégories 11 (action se déroulant en Afrique) et 13 (livre écrit par un militant LGBTQIA), parce que je séchais vraiment pour ses rubriques là. Sans ça, j’avoue que je n’aurais sans doute jamais lu ce roman, qui de prime abord n’est pas du tout mon truc. Et c’est tout l’intérêt de ce challenge, sortir de sa zone de confort, faire des découvertes et, pourquoi pas, apprécier sa lecture et en redemander. Bon, pour ce dernier point je vais être plus modérée, si j’ai apprécié la découverte, je me suis souvent demandée ce que je faisais là et il est très peu probable que je retente l’expérience. Très très peu probable.

Ayerdhal aborde ici plusieurs points, de la tolérance à la dénonciation du fonctionnement des républiques bananières en passant par l’écologie et l’alter mondialisme. Ok, jusque-là tout va bien. Sauf que l’idée d’une armée LGBT, avec des personnages tellement hauts en couleurs que j’ai parfois eu du mal, rend la chose complètement barrée, ce qui fait sans doute pour la saveur du roman vous diront certains, mais pour moi ça n’a pas fonctionné, c’est bien trop perché à mon goût, trop surréaliste et j’ai whatthefucké une bonne partie de ma lecture. Vous savez, comme lorsque vous voyez les intentions de l’auteur, là où ça devrait être drôle ou émouvant, mais que, vous, vous restez de marbre, complètement extérieur à tout ça.


Rainbow warriors est un roman différent, intéressant, mais je ne suis clairement pas le public.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire