vendredi 6 mai 2016

Les Aventures improbables de Julie Dumont, Cassandra O'Donnell

Résumé :

Il y a des filles qui n’ont pas de bol. Celles qui ont tiré les mauvaises cartes dès le début. Celles-là, on n’a ni envie de les engueuler ni de leur tirer dessus. Puis il y a celles qui prennent les mauvaises décisions quoi qu’il arrive. Bref, les filles à emmerdes, celles qu’on a envie de gifler ou d’étrangler. J’appartiens clairement à la deuxième catégorie. Oh, je ne m’en glorifie pas. C’est un état de fait. J’attire les catastrophes. Quoique je dise ou quoique je fasse, il y a toujours un couac. Celui du jour est sans nul doute de m’être portée au secours d’un type qu’une bande de fous furieux venait de balancer nonchalamment dans un fossé. Parce qu’une chose est sûre : si j’avais su dans quoi je mettais les pieds en ramassant ce porte-poisse, j’aurais tourné les talons (des Jimmy Choo) et poursuivi ma route sans me retourner. Mais la curiosité est un vilain défaut et, dans le petit bourg de province normand où j’ai grandi, les secrets, les drames et les bagarres prolifèrent aussi vite que l’herpès et les cancans finissent toujours par rattraper les coupables…


Avis :


Julie Dumont est une comédie policière dans la veine de la série Stéphanie Plum de Janet Evanovitch, l’auteur ne s’en cache pas et on retrouve le même type de personnage, mais bon, pourquoi pas, difficile d’être toujours 100% original. Ce genre de romans repose totalement sur l’héroïne et c’est très rapidement que Julie Dumont m’a donné envie de la gifler à coups de pelle (puis de l’étrangler, pour faire référence à la quatrième de couverture). C’est le danger avec ce genre de personnages, le côté miss catastrophes peut rapidement agacer s’il n’est pas dosé et, pour moi, ici c’était too much. Julie n’a pas de chance, il ne lui arrive que des tuiles, la moindre situation devient un imbroglio inextricable, sa famille donnerait envie d’être orphelin, ses amours sont merdiques, bref, le trait est trop appuyé pour que je m’attache à elle, j’ai plutôt eu envie d’abréger ses souffrances à la pauvre petite. Après, l’intrigue n’est pas désagréable à suivre si on fait abstraction du côté « trop tout » du personnage et si vous ne connaissez pas Stéphanie Plum (je pense que j’ai trop fait le parallèle entre les deux), mais j’ai eu quelques soucis dans la narration, j’ai trouvé certaines répliques assez maladroites et le ton parfois un peu forcé. À part ça, si vous êtes amateurs de comédies policières déjantées et qu’une certaine démesure ne vous effraye pas, ce livre pourra vous plaire.


4 commentaires:

  1. Ah oui tant que ça ! C'est pire que moi avec Olympe alors... Dire qu'il est dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La ressemblance c'est pas ce qui m'a le plus traumatisée. Mais c'est trop abracadabrantesque, il y a un moment où, au lieu de compatir, tu finis par avoir envie d'achever l'héroïne tellement c'est trop. Et puis il y a quelques clichés qui perso m'ont gênée, je me suis demandé ce que ça faisait là, ça sonnait un peu condescendant. Donc oui, la parenté avec Stephanie Plum n'est pas le plus gros souci :P

      Supprimer
  2. Tu me refroidis un peu,j 'ai très envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après ça a plu a beaucoup de monde, c'est juste mon avis :)

      Supprimer