jeudi 15 septembre 2016

The Walking Dead T6 - Invasion, Robert Kirkman

Résumé :

Sous terre, dans un labyrinthe d’anciens tunnels miniers, Lilly Caul et les survivants de son groupe tentent d’organiser une nouvelle vie. Mais une ambition secrète brûle encore dans le cœur de Lilly. Elle veut voir sa Woodbury bien aimée renaître de ses cendres et débarrassée des zombies... Bien plus loin dans les terres, au milieu de vagues toujours plus terrifiantes de zombies qui semblent venir de toutes les directions, le psychotique révérend Jeremiah Garlitz rassemble de nouveaux adeptes et souhaite la destruction de Lilly et de ses amis. Or, pour la première fois, il a les moyens de faire déferler les enfers sur les survivants reclus dans les tunnels.


Avis :

À ma droite, Lilly Caul, à la tête du groupe de survivants, qui rêve de reconstruire Woodbury. À ma gauche, le révérend Garlitz, plus psychopathe que jamais et bien décidé à anéantir son obsession : Lilly Caul.

Une nouvelle fois, la vie est bien loin d’être un fleuve tranquille dans le monde post-apocalyptique de The Walking Dead. Les auteurs développent ici de bonnes idées (la vie dans les tunnels, la nouvelle congrégation du révérend…), mais le rythme reste plat. Si les gens et les décors changent, on retrouve les bonnes vieilles recettes qui ont fait les beaux jours de la série. La lutte entre Jeremiah et Lilly nous fait furieusement penser à celle entre le Gouverneur et Rick Grimes, mais sans leur charisme. Le révérend apparaît clairement comme un fou assoiffé de pouvoir, on a du mal à comprendre comment les gens qui l’entourent peuvent être dupes et le suivre comme le messie. Ce manque de crédibilité rend son personnage agaçant au lieu d’en faire un grand méchant digne de la série. Lilly ne s’en sort pas mieux, prenant des décisions à l’emporte-pièce sans anticiper les conséquences, elle fait un leader bien inconséquent là où Rick, malgré ses erreurs, réussissait majoritairement à garder la tête froide ou à écouter les voix dissonantes de ses compagnons qui l’aident dans ses décisions. Ce côté déjà-vu low cost gâche un peu la fête. Le roman n’est pas désagréable à lire, mais manque d’envergure, j’attends toujours un nouveau souffle dans cette série…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire