jeudi 6 octobre 2016

Avec joie et docilité, Johanna Sinisalo

Résumé :

République eusistocratique de Finlande, 2013. La nation a pris en compte ses erreurs historiques. La stabilité sociale et la santé publique sont désormais les valeurs prédominantes. Tout ce qui procure du plaisir ou est susceptible de causer une quelconque dépendance est formellement interdit, y compris le café. A une exception près - le sexe. La distribution de sexe - un produit de consommation essentiel à la paix sociale - doit être aussi efficace que possible. À cet effet, le corps scientifique gouvernemental a généré une nouvelle sous-espèce humaine - les éloïs. De type blond, réceptive et soumise, l'éloï est jugée apte pour le marché de l'accouplement et sera vouée à favoriser par tous les moyens le bien-être de son époux. Les morlocks, en revanche, éléments de la population féminine jugés trop indépendants et difficilement domesticables, sont une espèce en voie de disparition. Stérilisées dès leur plus jeune âge, elles constituent un réservoir de main-d’œuvre affectée à des tâches de nature répétitive. Vanna est née avec les traits d'une éloï mais le caractère d'une morlock et réussit, au prix de mille efforts, à se faire passer pour une éloï. Mais la comédie risque d'être de courte durée, l'intelligence et la curiosité se laissent difficilement dompter...


Avis :

De nos jours, dans une Finlande alternative, l’eugénisme a triomphé et la république eusistocratique de Finlande connaît ses plus belles heures. La prédominance de l’homme sur la femme est une réalité, nous voilà retournées peu ou prou dans les années cinquante, mais en pire, pour vous donner une idée. Les femmes sont maintenant des éloïs, pas trop instruites (trop dangereux) et juste bonnes à satisfaire les virilos, qui ont tout pouvoir sur elles. Les morlocks sont les femmes un peu trop intelligentes et indépendantes pour leur bien, stérilisées dès leur plus jeune âge (ne pas perpétuer ces horribles gènes !!) tout juste bonnes à servir de main d’œuvre à bas coût, tandis que les hommes ne répondant pas aux critères de virilité sont tout bonnement écartés de cette société. Vanna est une morlock née sous l’apparence parfaite et policée d’une éloï. Accro au piment, la seule drogue (si si) encore trouvable dans le pays, la jeune femme revient sur la disparition de sa sœur, une éloï pur jus.

Oubliez vos velléités féministes, la république eusistocratique de Finlande s’occupe de vous. Soyez belles et taisez-vous, entretenez sagement votre foyer et mitonnez de bons petits plats pour votre homme, votre vie sera parfaite. Ou du moins celle de votre virilo le sera. Flippante dystopie cruellement plausible avec des échos plus que réalistes, Avec joie et docilité met en scène une société patriarcale eugéniste dans laquelle les libertés individuelles en général, et celles des femmes en particulier, sont réduites à peau de chagrin. Les protagonistes du roman essayent de lutter contre le système pendant que l’héroïne, Vanna, décrit par petites touches le funeste destin de sa sœur.

Après des décennies de lutte pour l’émancipation et les droits des femmes, le roman de Johanna Sinisalo devrait nous sembler complètement à côté de la plaque, complètement anachronique et dépassé. Hélas, l’actualité nous rappelle chaque jour que les droits que nous croyions acquis sont bien fragiles et ce roman ne nous paraît pas si délirant que ça. Il a même des accents très actuels qui font froid dans le dos. L’auteur nous rappelle ici que rien n’est jamais acquis et qu’il nous faut, hélas, toujours rester sur nos gardes… Un roman pour lire et réfléchir.




2 commentaires: