mercredi 26 octobre 2016

J'ai ouvert votre lettre, Corinne Naa

Résumé :

Une lettre reçue par erreur, et voilà que Marguerite s’emballe en envoyant un mail à l’expéditeur, un certain Archibald. Ils n’ont rien en commun, à part leur âge, leur célibat et leurs expériences sentimentales déçues. Marguerite est ouverte, bavarde, sincère, agaçante. Archibald est taiseux, bourru, imprévisible, attachant. Et pourtant, une relation épistolaire improbable et mouvementée débute entre ces deux célibataires endurcis...
Jusqu'où les mènera-t-elle ? Prendront-ils enfin conscience que leur bonheur ne dépend que d'eux ?


Avis :

Le résumé du roman ressemble furieusement à Quand souffle de vent du nord de Daniel Glattauer. Ayant adoré ce roman (que je conseille vivement et que tous ceux qui l’ont lu ont adoré, je dis ça, je dis rien), j’avais envie de lire une histoire aussi prenante et enivrante. Pour le coup, il faut que je revoie mes attentes à la baisse, je pense…


Au final, j’ai trouvé l’ensemble profondément ennuyeux. Les personnages sont inintéressants, impossible de s’attacher à eux. Marguerite tient plus de la folle hystérique à la Glenn Close dans Liaison Fatale que de la femme gaie et dynamique qu’on essaye de nous vendre, et, en fait d’ours, Archibald est plutôt malpoli et désagréable, aucun des deux ne donne envie de s’intéresser à leur sort. Quant au contenu de leurs échanges, ça manque de crédibilité et c’est très pompeux, plein de considérations pseudo-philosophiques emplies de vide. Rien à voir avec le roman de Glattauer, j’en ressors avec l’impression d’avoir été dupée.


1 commentaire:

  1. Oh! dommage que vous ayez été déçue avec ce roman. Moi, je l’ai beaucoup aimé ! On est tout de suite embarqué dans un échange de mails entre deux inconnus qui se dévoilent peu à peu, pas toujours avec ménagement, certes…., mais avec tendresse parfois, avec sincérité souvent !! Une histoire originale, aux personnages attachants, racontée avec un style toujours décoiffant bien propre à l’auteure… Corinne Naa nous invite, avec beaucoup de doigté et de subtilité tout au long du récit, à découvrir la face cachée des deux protagonistes. Derrière un comportement parfois bourru, sauvage ou extrême, tout deux ont une grande tendresse qui ne souhaite qu'à s'exprimer. En tournant la dernière page, on aimerait bien rester encore un peu en compagnie de Marguerite et Archibald. Comme quoi… un livre peut plaire…. ou non.

    RépondreSupprimer