lundi 21 novembre 2016

La réelle hauteur des hommes, Jo Ann von Haff

Résumé :

Melanie Gordon, illustratrice célibataire et indépendante, travaille chez elle, dans un salon aux murs colorés, sur un bureau envahi de plantes et de tasses de thé. Du lundi au vendredi, chaque journée commence exactement de la même manière : en lisant le nouvel article de Littlejohn, le blogueur influent de La Réelle Hauteur des hommes. Pour elle, il est irréel et inaccessible, hors d’atteinte derrière ses chroniques intelligentes et son pseudo sans visage. Jusqu'à ce qu’elle imagine et dessine son portrait et qu’elle le poste sur son blog. Jusqu’à ce qu’il le voie, et qu’il l’appelle. À l’abri derrière leurs téléphones et leurs écrans, ils laissent une relation s’installer et rythmer peu à peu leur quotidien. Et quand l’idée de se voir fait irruption, une question se pose : leur rencontre serait-elle à la hauteur de leurs attentes ?


Avis :

Melanie, ou Miss Mel de son pseudo de blogueuse, est tombée amoureuse, par écran interposé, de Littlejohn, blogueur lui aussi qui semble sensible et avoir toutes les qualités qu’une femme recherche. Emportée par son élan et sa fibre créatrice, la jeune femme va publier une série de portraits du mystérieux Littlejohn et fatalement attirer son attention. S’ensuit une correspondance qui devient de plus en plus intime, mais sauter le pas et se rencontrer dans la vraie vie est une autre paire de manches.

Ce roman parle de différence et d’estime de soi, de la difficulté de s’accepter et d’accepter d’être aimé. Compliqué d’en dire davantage sur le fond sans spoiler le livre, mais ici les valeurs de tolérance et d’ouverture d’esprit sont à l’honneur. Melanie va essayer de redonner goût à la vie à un homme qui n’en attend plus rien et le chemin ne pas être des plus faciles. Jo Ann Von Haff traite le sujet avec pudeur et humour, sans tomber ni dans le pathos ni dans le cliché. L’histoire entre les deux blogueurs fonctionne bien, on peut presque toucher du doigt la tendresse qui les unit. Personnellement, je n’ai pas adhéré à 100% parce que je suis une vieille chose blasée et que je pense que la vie est un poil plus compliquée, mais je pense que cette histoire plaira sans douter aux cœurs plus tendres que le mien.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire