Accéder au contenu principal

Sélection

High Voltage, Karen Marie Moning

Résumé :
There is no action without consequence. Dani O’Malley was nine years old when the delusional, sadistic Rowena transformed her into a ruthless killer. Years later, Dani is tough and hardened, yet achingly vulnerable and fiercely compassionate, living alone by her own exacting code. Despite the scars on her body, and driven by deeper ones carved into her soul, no one is more committed to protecting Dublin. By day she ensures the safety of those she rescues, by night she hunts evil, dispensing justice swiftly and without mercy, determined to give to those she cares for the peace she has never known.
There is no power without price. When the Faerie Queen used the dangerously powerful Song of Making to heal the world from the damage done by the Hoar Frost King, catastrophic magic seeped deep into the earth, giving rise to horrifying, unforeseen consequences—and now deadly enemies plot in the darkness, preparing to enslave the human race and unleash an ancient reign of Hell on Earth.
Th…

Autobiographie d'une courgette, Gilles Paris

Résumé :

Un nom de cucurbitacée en guise de sobriquet, ça n'est pas banal ! La vie même d'Icare - alias Courgette -, neuf ans, n'a rien d'ordinaire : son père est parti faire le tour du monde "avec une poule" ; sa mère n'a d'yeux que pour la télévision, d'intérêt que pour les canettes de bière et d'énergie que pour les raclées qu'elle inflige à son fils. Mais Courgette surmonte ces malheurs sans se plaindre... Jusqu'au jour où, découvrant un revolver, il tue accidentellement sa mère. Le voici placé en foyer. Une tragédie ? Et si ce drame devenait l'occasion de rencontres et d'initiations - à l'amitié, à l'amour et au bonheur, tout simplement ? A travers le regard optimiste de son jeune héros, Gilles Paris restitue le monde de l'enfance dans un récit aussi drôle que poignant.


Avis :

Un gamin battu surnommé courgette qui tue sa mère par accident en jouant avec son flingue, un gentil gendarme qui le place en foyer, un foyer avec des gentils camarades, et une Chani poussée à bout qui a dû se maîtriser pour ne pas balancer violemment ce livre, si possible dans la tronche de ce mioche, dans le RER, qui essuyait ses doigts poisseux et graisseux sur mon pantalon fraîchement sorti du pressing. Le gosse est indemne si vous vous posiez la question, mon pantalon a pris cher, le gras sur le gris clair ça ne pardonne pas.
Mais je digresse, je digresse. En même temps, je n’ai pas grand-chose à vous dire, juste que j’ai détesté ce livre mièvre et plein de bons sentiments que j’ai vomis métaphoriquement parlant. Autobiographie d’une courgette représente ce que je déteste en littérature, se servir de la souffrance d’un gamin pour tirer la larme au lecteur. J’avais l’impression que l’auteur me chuchotait à l’oreille « tu la vois la poésie hein, tu vois comme c’est beau ? » et franchement, c’était tellement grossier que ça m’a rapidement fatiguée (pour rester polie).

Bref, ce livre a été un gros succès, tant mieux pour lui, moi si j’avais su j’aurais passé mon tour !

Commentaires

  1. J'suis pas du tout d'accord. C'était au contraire pas du tout mélo à mon sens^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas être d'accord à chaque fois !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire