mercredi 18 janvier 2017

La main de l'empereur T1, Olivier Gay

Résumé :

Rekk n’a pas eu une enfance facile, et sa vie ne le sera pas non plus. Gladiateur puis soldat dans l’armée impériale, il se fait repérer par l’Empereur dans le bourbier des jungles Koushites. Il deviendra son instrument pour soumettre les barbares, puis son bras armé pour toutes les basses œuvres. Un homme haï, craint, dont la renommée ne cesse de grandir. Mais que se passe-t-il lorsque notre propre légende nous échappe ? Car si Rekk a toujours eu un vrai talent pour survivre, ses proches ne peuvent en dire autant…


Avis :

Le nouveau roman d’Olivier Gay prend place dans le même univers que sa série Les épées de glace, mais pas de panique si vous n’avez pas lu cette dernière, il vous manquera sûrement quelques détails, mais rien de bien méchant.

Le héros est donc Rekk, croisé dans la série sus citée, fils d’un gladiateur et d’une noble qui l’a abandonné à la naissance. Le lecteur commence donc à le suivre dès son enfance, quand le jeune garçon pense être l’enfant d’une prostituée. Et il ne fait pas bon traîner près d’une arène dans l’univers d’Olivier Gay, le métier, sans vraiment grand avenir, de manière générale, de gladiateur tend les bras aux plus jeunes. C’est ainsi que Rekk commence sa carrière, dans laquelle il va se révéler, très (trop ?) bon, et se faire remarquer par l’Empereur…

La quatrième de couverture laisse présager un héros assez antipathique. Quelle heureuse surprise de découvrir au fil des pages un enfant, puis un homme, plutôt attachant, avec ses forces et ses failles. Olivier Gay découpe son récit en trois parties distinctes correspondant à l’évolution et au parcours de son héros. Comment Rekk devient-il le Boucher ? C’est ce que le lecteur va découvrir. L’écriture de l’auteur est très fluide, avec une touche d’humour bienvenue dans un contexte qui ne prête pas toujours à rire. Le récit est bien équilibré mêlant une action très visuelle et des scènes plus intimistes permettant de mieux comprendre le personnage. Les pages se tournent toutes seules avec tellement de facilité que la fin arrive très vite, avec un cliffhanger-de-la-mort-qui-tue. Fans de fantasy, n’hésitez pas ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire