lundi 13 février 2017

Don't go, Abbi Glines

Résumé :

Mase Colt-Manning a toujours préféré l’existence paisible de son ranch texan au train de vie déluré de rock star légendaire qu’est son père. C’est pourquoi il fuit autant que possible le petit monde doré de Rosemary Beach, surtout s’il faut y loger chez Nan, sa diabolique demi-sœur. Jusqu’à ce qu’il y rencontre la jolie Reese…
Après un passé douloureux, Reese Ellis peut enfin prendre un nouveau départ. Et travailler pour les riches familles de Rosemary Beach est une opportunité en or. Mais un incident chez l’une de ses plus importantes clientes risque de tout ruiner. Lorsque Mase, avec ses allures de cowboy, se propose de l’aider, Reese se tient sur ses gardes. Elle n’a jamais fait confiance à aucun homme. Les choses peuvent-elle être différentes cette fois-ci ?


Avis :

Je ne sais pas si j’étais dans de mauvaises dispositions lors de ma lecture de ce livre, pourtant j’avais envie de lire une romance légère et Abbi Glines me semblait un bon choix, mais il m’a fait rouler des yeux tellement fort que j’ai bien cru que mes nerfs optiques allaient lâcher !

Revenons rapidement sur l’histoire. On retrouve Mase, le frère de Nan et Harlow, qui flashe sur la femme de ménage qui officie chez ses sœurs : Reese. La jeune femme s’est fait virer de chez elle après que son beau-père ait essayé d’abuser d’elle. Sa propre mère ayant pris fait et cause pour le bourreau, la jeune femme a dû partir et se débrouille depuis pour survivre. Sans bagage, avec en tête l’idée qu’elle est stupide, Reese est paumée et a peur des hommes. Evidemment, elle va croiser son prince charmant en la personne de Mase…

Un tsunami de clichés, voilà ce qui m’est tombé dessus en lisant ce roman. Punaise mais c’est pas possible, en lisant de la romance je sais bien qu’on ne va pas me servir un manifeste féministe, mais là c’est la fête du slip à tous les étages. Reese n’a pas eu une enfance ni une adolescence faciles, toujours sous la coupe de sa famille, et voilà qu’elle récidive avec Mase. À peine se sont-ils rencontrés que la jeune femme n’a plus le droit de faire ce qu’elle veut « pour son bien ». Punaise mais arrêtez d’infantiliser les femmes dans les romances bordel !! Si elle veut faire des ménages avec cinq points de suture à la main parce qu’elle a besoin d’argent pour être indépendantes, eh bien qu’elle le fasse, au lieu d’être placée dès les premières pages en situation de dépendance vis-à-vis de Mase. Les femmes ne peuvent pas se débrouiller un peu seules ?! Je vous passe les grognements possessifs de Mase, les décisions qu’il prend pour elle, toujours pour son bien et l’abandon total de Reese à cet homme providentiel. Sans compter que, dans la vraie vie, les miracles à la Pretty woman, ça n’arrive jamais hein, je veux bien qu’on me vende du rêve, mais pas qu’on me prenne pour plus stupide que je ne suis. Plus c’est gros, plus ça passe paraît-il, dans mon cas c’est clairement non. Bref, la « romance » se poursuit et là, une phrase m’a fait hurler dans ma tête : « Je suis ici pour que tu me reprennes. » Mais punaise, elle n’est un animal déposé au chenil quoi, il faut arrêter de faire le paillasson repentant, de faire croire aux femmes que l’homme les vire ou les reprend à son gré ! Je suis ici pour qu’on s’explique et qu’on donne une nouvelle chance à notre histoire, ok. Je suis ici parce que je souffre de cette situation et je veux savoir si on peut en sortir, ok. Je ne sais pas, mais « je suis ici pour que tu me reprennes » ça me fait penser au chien qui rampe aux pieds de son maître parce qu’il a bouffé sa paire de Nike préférée quoi ! Cette phrase sonne tellement dégradante qu’elle a achevé de me dégoûter de ma lecture.

Qu’une romance accumule plus ou moins de clichés, ok, c’est le jeu, mais là on est vraiment dans tout ce que je peux détester en romance, avec ces stéréotypes qui ont mille ans et qui me sortent par les yeux. Inutile de préciser que je ne lirai pas la suite et que je suis vraiment déçue par Abbi Glines qui nous a habitués à bien mieux…


4 commentaires:

  1. Toi, tu vas aimer le bouquin de Camille Emmanuelle :)

    RépondreSupprimer
  2. Je vais peut-être arrêter les frais avec Abbi Gline alors. C'est dommage, parce que j'aime bien cette série de Rosemary beach...

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'aimais bien, mais là j'ai eu l'impression d'être prise pour un jambon.

    RépondreSupprimer