Accéder au contenu principal

Sélection

Ma PàT (Pile à Tricoter) - Épisode 1

J’avais déjà fait une série sur ma PàL (Pile à Lire), à l’époque où elle dépassait allègrement les 100 titres, et ça avait plutôt bien marché et ça m’avait aidé à la réduire. Cette fois c’est ma Pile à Tricoter (PàT) que je vous présente.

Alors oui, j’ai trop de fils, mais presque tous ont leur projet (dans ma tête). Les écheveaux en mohair vont faire de jolis châles aériens, ceux en mérinos des écharpes douces et colorées. Les fils multicolores (à gauche, couleur queue de paon et été) sont des pelotes achetées par cher du tout, je vais les « sacrifier » pour m’exercer au crochet et faire des châles (je veux un half granny, mais hors de question d’en faire avec du fil de qualité tant que je ne maîtrise pas le truc). Les pelotes grises finiront en capucharpe (combo entre une capuche et une écharpe), le fil cake en châle avec du point dentelle, les rouges surement en écharpe ou snood. Dans les sacs, des pelotes destinées à finir en pulls ou gilets. J’en ai déjà fait un, mais le patron ne…

Les sorcières de la République, Chloé Delaume

Résumé :

Des choses, pas belles, se sont passées, en France, entre 2017 et 2020. Les femmes, par la main de déesses grecques surgies de l'Olympe (car les divinités sont immortelles), ont pris le pouvoir détenu par les hommes depuis des millénaires. L'Apocalypse, prédite pour décembre 2012, n'a pas eu lieu. Les déesses sont venues se mélanger à la société française contemporaine. Le Parti du Cercle a imposé ses règles. L'expérience a très mal tourné. Mais comment faire la lumière sur ces quatre années d'un règne éphémère et probablement sanglant, alors qu'une amnésie collective a été décidée par référendum au terme de cette page d'Histoire, en 2020 ? Une amnésie appelée le Grand Blanc, approuvée à l'unanimité de la population. C'est pour juger cette douloureuse parenthèse que s'ouvre un maxi procès dans ce qui fut longtemps le stade de France et qui abrite désormais le tribunal du grand Paris. Nous sommes en 2062. À la barre, la Sibylle, prophétesse de la révolution des femmes. Pièces à conviction à l'appui, elle déroule le fil de sa mémoire, et de la généalogie des événements. Petit à petit, on découvre la réalité de ces années spéciales, très spéciales.


Avis :

En 2017, Le Parti du Cercle remporte les élections présidentielles françaises. S’ensuivent quatre années terribles pendant lesquelles se sont déroulés des faits tellement horribles que les français ont préféré opter pour l'oubli. C'est le Grand Blanc, une sorte de lobotomie de masse qui a permis d'occulter de la mémoire collective ce qui s'est déroulé entre 2017 et 2020. La société s'est reconstruite sur les ruines de l'oubli et c'est maintenant une république spectacle dans laquelle l’argent règne en roi. La Corse a été vendue à un Russe, Nice va subir un sort identique mais aux mains de chinois, et la vie des politiques est théâtralisée sous l’œil de leurs sponsors.
Le roman porte sur le procès de la Sibylle, la prophétesse qui a toujours en mémoire les évènements survenus pendant le règne de la présidente Ambrose. Société spectacle oblige, le procès ressemble donc à une espèce de Loft Story judiciaire, bourré de références à la pop culture et à la mythologie grecque.

Le pitch m’a énormément intriguée et j’attendais beaucoup de ce roman entre féminisme et critique cynique de notre société. Hélas, je n’ai pas adhéré à l’angle adopté par Chloé Delaume pour raconter son histoire. C'est bizarre, barré, drôle au départ pour finir par être complètement lourdingue et vide de sens. Beaucoup de références à la mythologie et au désœuvrement des déesses, une vision de notre société très féroce, mais au final pas assez de matière sur le fameux Grand Blanc. L’auteur s’écoute parler, joue avec les mots et les références pendant que le lecteur veut en savoir plus sur le Parti du Cercle et ce qu’il s’est passé entre 2017 et 2020. Ce qui, au final, prend très peu de temps dans le roman et s’avère assez décevant.

Les Sorcières de la République est de ces romans qui font pschitt et me laissent une sensation de déception, voire de gâchis par rapport à ce que j’en attendais…

Commentaires