jeudi 30 mars 2017

Les affinités, Robert Charles Wilson

Résumé :

Adam Fisk s'est installé à Toronto pour suivre des études de graphisme que lui finance sa grand-mère. Là, il s'est inscrit à un programme payant pour déterminer à laquelle des vingt-deux Affinités il appartient. Adam est un Tau, une des cinq plus importantes de ces nouvelles familles sociales théorisées par le chercheur Meir Klein. Quand la grand-mère d'Adam, diminuée par une attaque, est placée dans une maison de retraite, le jeune homme n'a plus les moyens de suivre ses études. Mais être un Tau confère des avantages qu'il va vite découvrir : travail rémunérateur, opportunités sexuelles, vie sociale pleine et satisfaisante. Tout est trop beau, trop facile. Tout va très vite pour Adam... et il en est de même pour le reste du monde, car le modèle social des Affinités est en train de s'imposer. Malheureusement, dans l'histoire de l'Humanité, aucun changement radical ne s'est fait sans violence.


Avis :

Étudiant en graphisme à Toronto, Adam Fisk se laisse séduire par un programme lui promettant de rencontrer des gens comme lui, selon son Affinité. Sceptique, il est rapidement convaincu par la petite communauté Tau qu’il rejoint. Amitié, entraide et émulation, fréquenter des gens avec le même mode de pensée et les mêmes appétences semble n’avoir que des avantages, dont Adam va rapidement bénéficier. Mais la multiplicité de ces petites communautés autarciques n’est-elle pas déjà un problème en soi ?

Dans un futur proche, les réseaux sociaux jouent la carte du réel après avoir essoré celle du virtuel. Une analyse de votre profil et vous voilà affecté à une Affinité, une petite communauté dans laquelle on se retrouve entre soi. Avec la science-fiction en arrière-plan, Robert Charles Wilson se livre ici à un exercice d’étude sociologique sur la dynamique de groupe, les réseaux et le communautarisme. La société évolue, mais est-ce dans le bon sens ? L’analyse est intéressante, pertinente sur certains développements, mais il m’a manqué une bonne grosse dose d’humanité et d’empathie des personnages que j’ai trouvé très froids. Dans la communauté Tau, tout le monde dépend de tout le monde, chacun connaît les secrets de l’autre ou lui doit quelque chose. Cette organisation m’a mise assez mal à l’aise, moi qui suis farouchement indépendante, j’aurais du mal à me fondre dans ce genre de société. D’ailleurs je pense que j’échouerais simplement aux tests ! Le roman a le mérite de nous faire réfléchir à notre société et ses interactions, tout comme à notre place en son sein. Côté divertissement, l’intrigue est agréable malgré quelques longueurs, le roman se lit bien même en occultant le côté plus profond du propos.

En résumé, Les Affinités est un roman qui fait réfléchir et divertir, mais pourra vous mettre mal à l’aise si vous n’adhérez pas au système.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire