lundi 1 mai 2017

Petits secrets, grands mensonges, Liane Moriarty

Résumé :

Les secrets finissent toujours par être dévoilés.
Et toujours quelqu’un doit payer...
Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans.
Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter (elle se souvient de tout et ne pardonne jamais) et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l'aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets.
Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l'école, les choses s'enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu'au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.


Avis :

C’est la série au casting de rêve (Nicole Kidman, Reese Witherspoon, Laura Dern, Alexander Skarsgård et j’en passe) qui m’a amenée à vouloir lire le bouquin. Et la nuit dernière été courte, il fallait absolument que je le termine !!

L’histoire se situe en Australie, le pays des kangourous et des énormes bestioles dangereuses qui font que je pense que je n’irai jamais, tellement je suis froussarde. Bref. Dès le départ, le lecteur découvre qu’un meurtre a été commis, mais ne connaît ni la victime ni l’assassin. L’auteur nous propulse ensuite un jour de pré-rentrée à l’école publique de Pirrewee, et fera ensuite des allers-retours entre les évènements qui ont précédé le meurtre et les extraits des témoignages des personnes interrogées par la police. À Pirrewee, entre les mères au foyer et les business women, les clans sont déjà formés, on sent la rivalité sous la bonne ambiance de façade et les secrets cachés derrière les sourire. C’est ainsi que Jane, qui vient de déménager, se trouve propulsée dans cet univers hostile sans armure. Rapidement Madeline et Celeste, deux éminentes personnalités de la petite communauté, la prennent en sympathie quand le fils de Jane est accusé d’avoir étranglé la fille de Renata, femme d’affaires parfaite et impitoyable…

Ce roman est un vrai gros coup de cœur ! L’intrigue est diaboliquement construite, laissant le mystère entier sur l’identité de la victime comme de son assassin. L’auteur s’attache à creuser les histoires de tous les protagonistes, dévoilant au fil des pages leurs blessures et leurs secrets. Entre faux-semblants, secrets honteux et bonheur feint, la petite communauté de ce quartier de Sydney est bien loin de l’image lisse et parfaite qu’elle essaye d’offrir. Liane Moriarty dresse un portrait sans concession de ces parents qui se projettent dans leur enfant et une analyse très fine de ce genre de communauté privilégiée, qui a sans doute perdu le sens des réalités et le goût de l’essentiel. La violence est omniprésente, celle des mots comme celles des coups, rendant la superficialité ou l’insouciance affichées de ces femmes complètement surréalistes. La narration est fluide, j’ai aimé la plume acérée de l’auteur et n’ai pu lâcher le roman qu’une fois terminé, tant cette histoire est addictive.

Je vais sans doute me pencher sur la série, mais, en attendant, je vous recommande vivement ce roman !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire